Homélie du Père Augustin du dimanche 29 mars 2020

CINQUIEME DIMANCHE DE CAREME ANNEE A

Première lecture : Ezéchiel : 37, 12-14

Psaume : 129

Deuxième Lecture : Romains : 8, 8-1

Evangile du jour : Jean 11 : 1-45

Chers frères et sœurs en Christ,

La première lecture et l’Evangile s’accordent bien sur le thème de la mort et de la résurrection. Ezéchiel, dans la première lecture, nous révèle la bonté infinie de Dieu envers son peuple Israël désobéissant et en exile. Israël est comme mort, humilié, dépourvu de ses droits élémentaires et à la merci du nouveau maître. Mais Dieu veut redonner vie aux ossements asséchée du peuple d’Israël. Il veut ouvrir leur tombeau, les libérer de la honte et de la servitude, leur redonner son esprit de vie et le goût à une nouvelle vie.

L’Evangile nous offre des personnages d’une foi incroyable : Marthe et Marie sont les deux sœurs de Lazard et tous trois sont amis de Jésus. Lazard est malade et ses deux sœurs en informent Jésus. Pour ce dernier, cette maladie ne conduira pas à la mort : pas donc de panique ni d’affolement. Mais finalement Marthe et Marie (et certainement leur entourage), déclarent Lazard mort. Marthe regrette le retard de Jésus et lui dit : ‘’si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort’’. Jésus, touché et ému va ramener Lazard à la vie. Dans la personnalité de Marthe, nous voyons une femme avec une foi engagée, tenace et qui bouscule, une foi pleine d’Esperance et de curiosité. Entre eux se tisse une complicité affective. Marthe est spontanée et directe mais très ouverte à son ami Jésus. Les deux situations de la première lecture et celle de la mort de de la résurrection de Lazard, nous aident à apprécier la bonté et l’amour prévenant de Dieu. Israël avait abandonné son Dieu libérateur pour des idoles. Après avoir goûté aux fruits amers de leurs propres actes, ils se disposent au salut de Dieu. La complicité affective entre les trois et leur ami Jésus est grande. Visiblement cette amitié porte du fruit : Jésus ne peut retenir ses larmes et il ramène Lazard à la vie. Quelle amitié ! Pourrions-nous, nous aussi, rejoindre Lazard et ses deux sœurs pour devenir amis de Jésus ici et maintenant ? Ainsi, nous pourrons comme eux, offrir à Jésus et à Dieu nos ossements, nos maladies, nos déceptions, notre honte et les humiliations de l’humanité et « tout ce qui nous tue » ? Alors, Jésus nous redonnera vie. Pourrions devenir amis de Jésus à la manière de Marie ou Marthe ou de Lazard ? Pourrions-nous devenir aussi spontanés comme Marthe tout en étant ouverts à la grâce du salut et de la guérison intérieure ? Notre humanité bien acculée, confinée et mise en quarantaine a plus que jamais besoin de croyants comme Marie, Marthe, Lazard pour toucher le cœur de Jésus et attirer le regard attentionné et miséricordieux de Dieu sur nous. Les nouvelles de ces jours-ci, vraies ou fausses, ne doivent donc pas avoir raison de notre foi ni de notre confiance en Dieu. Comme Marthe, osons parler à Jésus cœur à cœur, face à face et directement sans procuration. Car les vrais amis acceptent souvent de se bousculer. Tant que nous laisserons les réalités extérieures nous abattre, nous ressemblerons à Israël et à ses aux ossements asséchés et sans vie.

Paul, dans la deuxième lecture nous rassure que l’Esprit de Dieu habite en nous. Il donnera vie à nos corps mortels (déjà épuisés et essoufflés par la peur, la panique et la psychose). Chacun de nous est le Temple de Dieu : Dieu est déjà chez Lui, chez nous. Il a fait de notre cœur sa demeure. Mais nous l’avons étouffé. L’Esprit-Saint nous fait découvrir Dieu en nous et nous met en communion avec lui. Il ravive notre relation avec le prochain. Il nous enseigne la Maîtrise de soi, la confiance e le détachement de l’accessoire. Il nous aide à appeler Dieu, Abba, Père (Papa). Comme l’indique le Psaume 129, 7 : ‘’Près du Seigneur est l’amour, près de lui abonde le rachat’’. Celui qui vit de Dieu ne peut connaître la corruption de l’âme fût-il mort dans sa chair. L’humanité revivra si chacun de nous accepte d’entreprendre le chemin de l’intériorité et d’y rencontrer Dieu. C’est vraiment là le début de la vraie conversion. Convertissons-nous et nous serons libérés. Dieu nous y attend.

Bonne Marche, bonne Montée vers la Pâques de Jésus, notre Seigneur.

Que Dieu nous bénisse.  Amen !

En passant | Publié le par

Chronique du Père Augustin NDAH. Le Temps de Carême

                CINQUIEME SEMAINE DE CAREME (Mars 22- Mars )

                                       PITANCE SPIRITUELLE

 PECHE ECOLOGIQUE : LA COLERE

C’est bien possible que vous jugiez ou rejetiez la position de ceux/ celles qui plaident pour que la Planète-Terre soit plus respectée. Peut-être que de telles personnes vous irritent car pour vous ‘’l’homme doit dominer et soumettre la Terre’’. Soit ! C’est peut-être aussi que, par vos mots et attitudes, vous vous comportez de telle sorte que vous mettez les autres en colère. On a souvent vite fait de croire le ‘’centre du monde’’. Est-ce vraiment nécessaire ? Quelques fois nous sommes en colère pour des différence d’opinions ou pour des points de vue qui nous contrarient. Est-ce vraiment profitable autant à vous qu’à votre entourage (en famille, au travail, en équipe) d’en faire la fin du monde ?

 LA VERTU ECOLOGIQUE : LA PATIENCE

Au-delà de tout cela, l’Encyclique du Pape François nous invite à un dialogue exigeant mais nécessaire pour le bien commun. Il dit : ‘’la gravité de la crise écologique exige que tous nous pensions au bien commun et avancions sur un chemin de dialogue qui demande patience, ascèse et générosité, nous souvenant toujours que «la réalité est supérieure à l’idée ». Nos colères souillent la Planète-Terre et nous détruit aussi. Nos paroles ou pensées quelquefois méchantes envers le prochain affaiblit l’amitié entre les hommes et compromet notre filiation au Dieu-Père.

ACTE DE GUERISON : S’ENGAGER AU DIALOGUE

Notre effort pourrait être d’engager un dialogue ou une conversation avec l’entourage sur la nécessité de respecter la Planète-Terre. Chacun à son niveau pourrait aussi s’efforcer de restituer à la Planète-Terre sa dignité perdue. Ce pourrait être de s’engager à renouer avec une amitié négligée ou une relation brisée. Cela donne quelques sueurs mais c’est aussi ce geste qui nous grandit et nous élève à la grâce. En réalité, toute inimitié, toute rancune, toute mésentente et toute division…contribuent à la pollution notre Planète-Terre.

 

 

En passant | Publié le par

Appel aux dons – Paroisse Francophone Amsterdam

 

Chers paroissiens, chères paroissiennes,

 

Avant toute chose, j’espère que vous et vos proches se portent bien en ces temps éprouvants.

Sans vous réénumérer les conséquences de ce virus, je me permets, en tant que trésorier, de vous rappeler que la paroisse continue à vivre et que pour la maintenir en bonne santé, nous devons continuer à la nourrir. Vous l’aurez compris, je vous parle ici de nourriture pécuniaire et non spirituelle (chacun son domaine de compétence).

 

Vous pouvez toujours contribuer (i) aux quêtes dominicales, (ii) à la campagne de denier du culte en ce temps de Carême ou (iii) faire un don via un virement bancaire sur le compte de la paroisse.

 

Banque : ABN-AMRO

Nr Compte : NL87 ABNA 0543 4068 65

Au nom de : ALLOCHTONEN MISSIE MARIA.

 

En ces temps de confinement, propices à la quête de sens, n’oubliez pas le sens de la quête!

En union de prière avec vous tous.

Fraternellement, 

Albéric Décombre, le trésorier.

 

En passant | Publié le par

Homélie du dimanche 22 mars 2020 le Père Augustin a enregistré son homélie rien que pour nous

 QUATRIEME DIMANCHE DE CAREME ANNEE A

Première lecture : Samuel 16, 1b.6-7.10-13a

Psaume : 22

Deuxième Lecture : Ephésiens 5, 8-14

Evangile du jour : Jean 9 : 1-41

La liturgie de ce quatrième Dimanche de Carême nous invite à méditer sur la Lumière.

Dans l’Evangile, l’aveugle de naissance recouvre la vue au cours de sa rencontre avec Jésus. Du coup, sa vie change : il voit, il a droit à la parole et à la contradiction, il est écouté et il est reconnu par certains de son entourage. Il a désormais une place dans la société. Il témoigne de son expérience avec Jésus.

L’humanité est aujourd’hui assiégée par une pandémie qui défraye la chronique. Ses vraies origines restent encore mystérieuses. Elle frappe autant les forts que les faibles.

Oui, l’humanité est rattrapée par ses propres actes. A malin, malin et demi dit-on! Créé à l’image de Dieu et à sa ressemblance , l’homme oublie souvent qu’il n’est que Co-créateur et non le créateur. Le Psaume 8 nous dit que ‘’l’homme est créé un peu moindre qu’un dieu et qu’il est couronné de beauté’’ mais attention, nous ne sommes pas tout puissants, l’homme n’est pas Dieu.

Nos scientifiques, nos hommes d’Etats, les puissants de ce monde et même nos autorités religieuses, tous nous sommes à la croisée des chemins. Nos Eglises, nos Mosquées et couvents sont fermés. Que faire donc?

Dans l’Evangile, les Apôtres de Jésus lui demandent ‘’Qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il naisse aveugle’’ ? Nous serons aussi tentés de chercher les coupables de la pandémie ? Le principe de cause à effet s’applique ici. Tout est lié dans la Création de Dieu. Dieu ne fait rien au hasard. C’est toute une suite de conséquences. Chacun a sa part de responsabilité. C’est autant le riche que le pauvre : c’est la race humaine qui a failli. Nous sommes tous coupables parce que tous atteints de la cécité du péché et de l’orgueil. L’homme veut complètement écarter Dieu de sa propre création. Nous voulons arracher à Dieu la couronne qui lui est due.

Cette pandémie est une interpellation à la conscience profonde de l’homme. Ce Mal peut devenir une opportunité de conversion, de changement de perspectives et d’attitude envers le prochain et envers la Planète-Terre. Redonnons à la Planète-Terre sa dignité violée et bafouée et l’humanité re-vivra. Reconnaissons à Dieu la gloire qui lui est due, car il est le Créateur, le Tout-Puissant et le seul adorable qui mérite une couronne.

En acceptant d’aller nous laver dans la piscine de Siloé, comme l’aveugle de naissance, nous ne faisons que reconnaître nos limites et notre disponibilité à la grâce. C’est un signe d’humilité, un signe réparateur de l’alliance à jamais établie entre Dieu et nous. Car notre aveuglement nous empêche souvent de voir et de lire les signes des temps. Si nous admettons que nous sommes des aveugles, des êtres fragiles et vulnérables, limités et mortels Jésus nous fera voir. Mais si nous persistons dans l’arrogance et l’orgueil, l’humanité restera aveugle.

Ne laissons pas la peur nous faire perdre de vue l’essentiel : Dieu existe et par Jésus, son Fils Unique, nous pouvons le louer et l’adorer en esprit et en vérité. La peur est une forme de refus et de rejet de la présence de Dieu en nous et dans l’humanité. Ne cédons pas à la panique qui est aussi cruelle que le mal lui-même. Gardons courage, veillons et prions. L’humanité s’en sortira. Il n’y aura pas la fin du monde tant que le dernier des enfants de Dieu n’est pas converti. Soyons plus bienveillants envers nos proches, nos époux et épouses, nos enfants et nos parents, et nos collègues au travail. Rivalisons de générosité et de bonté. Supportons-nous les uns les autres par toute forme de fraternité humaine. Car la bénédiction de Dieu entre par toutes les fenêtres qui lui sont ouvertes. Nos petits gestes de bonté nous aideront à redonner à Dieu sa place dans l’humanité et dans chacun de nos cœurs asséché par la peur, le stress, la haine, la vengeance, l’injustice, l’exclusion, la discrimination et bien d’autres maux. Montrons assez de compassion envers toutes le victimes de ce drame et prions pour leurs défunts. Que Dieu nous pardonne et nous écoute. L’humanité a besoin de la grâce de Dieu pour bien voir. Ainsi, comme l’aveugle-né, chacun pourra dire : ‘’J’étais aveugle, mais à présent, je vois’’. Honorons Dieu, faisons sa volonté ; alors il nous exaucera et nous sauvera. Que Dieu nous prenne en grâce et qu’il nous bénisse. Bonne montée vers la Pâques de Jésus ! Amen !

 

En passant | Publié le par

Coronavirus: L’Eglise catholique des Pays-bas suspend toutes les messes.

En raison de l’expansion de la pandémie du Covid-19, les évêques des Pays-Bas décident ce jour de suspendre toutes les messes et célébrations publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès ce samedi 14 mars et restera en vigueur jusqu’au 13 avril (lundi de Pâques).

Les baptêmes, mariages et funérailles pourront se dérouler en cercle restreint. Les autres rencontres (dont le catéchisme) et réunions pastorales, sont suspendues. Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle.

Les évêques appellent les croyants à vivre ce carême comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel, et d’une plus grande attention à autrui.

Les textes bibliques habituels de la liturgie continueront à inspirer individuellement ou en famille notre progression vers Pâques.

Les évêques appellent explicitement à la prière en en ce temps de crise sanitaire :

  • Prière des évêques
  • Neuvaine à Notre-Dame du Perpétuel Secours
  • Les chemins de croix
  • Le chapelet
  • Priez avec Radio Maria
  • Allumez une bougie via le site de votre diocèse.
  • Suivez le site Web de votre diocèse ou de votre paroisse pour d’autres opportunités de prière et de diffusion en direct des célébrations.

NB : Plusieurs paroisses de Paris proposent de suivre en direct leurs messes dominicales et de semaine : https://www.paris.catholique.fr/messes-des-paroisses-de-paris-en.html

En union de prière.

 

En passant | Publié le par

Chronique du Père Augustin NDAH. Le Temps de Carême

            QUATRIEME SEMAINE DE CAREME (Mars 15- Mars 22)

                                        PITANCE SPIRITUELLE

        PECHE ECOLOGIQUE : LA GOURMANDISE

La Gourmandise c’est le fait de manger ou de boire plus qu’il ne faut. L’on peut l’appeler l’épidémie du gaspillage. Et combien de nourriture et d’eau sont gaspillées ou jetées au grand mépris des pauvres. Même chez vous qui lisez ces lignes. Le Pape François nous rappelle que ‘’chaque fois qu’il y a gaspillage, c’est comme si nous volions de la table des pauvres’’ (Laudato Si, 50).

               LA VERTU ECOLOGIQUE : LA TEMPERANCE

Laudato Si nous invite à ‘’remplacer…le gaspillage avec l’esprit de partage’’ (Laudatio Si). Nous vivons tous des ressources naturelles. Chacun peut avoir sa part seulement si nous ne nous accaparons pas toutes les ressources ou opportunités en nous attribuons la part du lion. Ce faisant nous nions au plus grand nombre la chance et le droit d’avoir leur part. Mais nous privons aussi à la Planète-Terre le droit de nourrir équitablement chacun de nous.

ACTE DE GUERISON : MANGER ET BOIRE MODEREMENT ET SIMPLE

Trouvons des moyens plus humains de manger plus simplement mais sainement. C’est par exemple en mangeant plus naturel avec un régime à ration équilibrée. Concrètement : comment pensez-vous réduire le gaspillage chez vous autant en famille que dans votre environnement immédiat? Serait-ce possible de vous abstenir des boissons sucrées ou gazeuses (elles ont la propension de donner le diabète), des chocolats trop gras et tous ces repas aux arômes irrésistibles (l’excès ajoute des kilos a notre poids)? A chacun de voir!

En passant | Publié le par

Chronique du Père Augustin NDAH. Le Temps de Carême

              TROISIEME SEMAINE DE CAREME (Mars 08- Mars 15)

                                    PITANCE SPIRITUELLE

                     LE PECHE ECOLOGIQUE : L’ENVIE

L’Homme est fait pour être heureux et pour glorifier Dieu par ses œuvres et ses actes. Mais la poursuite effrénée du bonheur par tous les moyens peut nous conduire à développer l’envie. On veut avoir ce que les autres ont alors que nos moyens présents ne le permettent peut-être pas. Alors, on en meurt. On meurt de jalousie et quelquefois de haine. Ce péché nous convainc

faussement que notre bonheur dépend des possessions matérielles et qu’on peut ‘’acheter son bonheur’’ en violant les droits de la Planète-Terre. Erreur fatale et suicidaire ! Soupçon jeté sur Dieu ! Le bonheur de l’Homme ne passe pas nécessairement par ses possessions. Et surtout pas quand le manque nous rend malheureux au point de nous rendre esclaves de nos envies.

                        LA VERTUE ECOLOGIQUE : LA GRATITUDE

La Gratitude c’est reconnaître que la Planète-Terre est le Don de Dieu. L’Homme n’est que Co créateur. L’Homme est appelé à imiter la générosité de Dieu et admettre son immense œuvre d’amour. La Planète-Terre est à la disposition de l’Homme mais Dieu veut que nous en fassions bon usage au point de l’honore et de sauvegarde l’intégrité de la Planète-Terre.

              ACTE DE GUERISON : VIVRE HEUREUX SELON DIEU

L’Homme est appelé à redéfinir le sens du Bonheur. Est-ce vraiment les possessions démesurées qui nous rendent heureux (au vrai sens du mot) ? Le bonheur se mesure à notre relation harmonieuse avec Dieu. Il se mesure aussi par l’œuvre de nos mains qui doit pointer à Dieu et lui rendre gloire. Tant que nos œuvres deviennent une menace à la Planète-Terre, alors, nous portons un coup fatal à notre relation avec Dieu. Nous devons revoir nos copies. Le vrai bonheur, c’est de faire justice à l’Homme sans offenser la Planète-Terre. Soyons généreux envers la Planète-Terre. Ainsi nous ressemblerons vraiment à Dieu : ‘’Homme, par tes œuvres, montre vraiment que ‘’tu ressembles à Dieu’’ en tout pour tout !

En passant | Publié le par

Chronique du Père Augustin NDAH. Le Temps de Carême

                   DEUXIEME SEMAINE DE CAREME (Mars 01- Mars 07)

                                          PITANCE SPIRITUELLE

                   LE PECHE ECOLOGIQUE : LA LUXURE

Le péché de la Luxure, c’est l’incapacité pour l’Homme d’apprécier une Créature (une Personne ou une chose) pour ce qu’elle est et à sa juste valeur. On se tient aux apparences et l’on nourrit le désir impulsif et calculé juste pour profiter à tout prix et en tout point de vue. Ce péché détruit notre relation intime avec la Création, et partant, devient un dénie fait à Dieu-Créateur. En fait, notre amour pour une Personne ou une chose devrait nous conduire à y voir la présence et la main de Dieu. Un amour qui ne glorifie pas Dieu est un amour de marchandage. Concrètement : quel est notre amour pour la Planète-Terre ? Est-ce un amour qui glorifie Dieu ou juste un ‘’amour utilitariste’’ ? De quel Amour aimons-nous le Prochain ?

        LA VERTU ECOLOGIQUE : LA MAITRISE DE SOI

La Maîtrise de soi suppose la Connaisse de soi (ce qui est un long chemin à parcourir). Elle nous invite à respecter et à honorer la Création. Au pire des cas, l’homme est appelé à l’entretenir constamment. La Vertu de la Maîtrise de soi peut nous aider à créer une relation de rapport sain avec la Planète-Terre, à puiser de sa sagesse et apprécier à sa juste valeur le lien intime et la complicité naturelle entre elle et l’Homme.

    ACTE DE GUERION : PRIER DEHORS OU DANS LA NATURE :

Apprendre à prier dehors pour une courte durée aide à apprécier la Création comme un don sacrée fait à l’Homme par Dieu. Réciter son chapelet en ‘’respirant l’air le nez en l’air’’ fait du bien. Faire 15 mn de marche avec l’intention de reconnaître juste l’importance du sol sur lequel l’on marche où admirer l’apparition de la lune (quand c’est possible) : tout ceci fait du bien et glorifie Dieu. Tout ceci restore à la Planète-Terre sa valeur initiale : celle de voir l’œuvre de Dieu en elle.

En passant | Publié le par

Chronique du Père Augustin NDAH. LeTemps de Carême

       REPENTONS-NOUS DE NOS PECHES ECOLOGIQUES ET CULTIVONS

                                           LES VERTUS ECOLOGIQUES

Nous sommes principalement appelés à la Prière, à l’Aumône et au Jeûne. Tenant compte de la situation globalisée du virus Corona, nous pourrons donner un peu plus d’attention à notre environnement. Pour ce, nous vous suggérons de baser notre réflexion sur l’effort de carême en prêtant plus attention à notre Planète-Terre.

L’Encyclique du Pape François, ‘’LAudato Si’’ nous rappelle que ‘’ la crise écologique… est un appel à une profonde conversion intérieure…Cela implique aussi de reconnaître ses propres erreurs, péchés, vices ou négligences, et de se repentir de tout cœur, de changer intérieurement’’ (217-218). Au récent Synode de l’Amazonie, le péché écologique a été défini comme ‘’une action ou une omission contre Dieu, contre son prochain, la communauté et l’environnement’’. L’Homme est donc à la croisée des chemins car sa responsabilité est clairement engagée. L’Homme est entièrement responsable des souffrances infligées à la Planète et aussi de toutes ses répercussions sur lui et contre lui.

C’est peut-être le moment propice de nous situer par rapport aux Sept Péchés Capitaux (la Colère, l’Avarice, la Gourmandise, l’Envie, la Luxure, l’Orgueil et la Paresse). Une opportunité pour l’Homme de se demander où pourrait se trouve sa responsabilité par rapport au traitement injuste fait à la Planète-Terre.

Voudrions-nous prendre quelques minutes pour mener un examen de conscience sur les dérives humaines en nous basant sur les sept péchés Capitaux comme référence. A chaque semaine suffit sa ‘’Pitance Spirituelle’’.

 

       PREMIERE SEMAINE DE CAREME (Février 26- Février 29)

                                     PITANCE SPIRITUELLE

                   LE PECHE ECOLOGIQUE : L’ORGUEIL

Le Péché d’Orgueil, c’est la volonté démesurée l’homme de vouloir prendre la place de Dieu en l’écartant complétant de la Création (qui est pourtant son Œuvre).

Le Temps de Carême nous ramène à nous-mêmes et nous permet de redonner à Dieu sa place en nous et dans la Création.

                LA VERTU ECOLOGIQUE : L’HUMILITE

La Vertu de l’Humilité nous rappelle que c’est Dieu qui ‘’nous a créés un peu moindre qu’un dieu’’ (Psaume 8) et qu’aussi ‘’ nous sommes poussière et nous retournerons poussière’’. En dernier ressort, nous sommes créés et non créateurs. Notre bonheur est parfait quand nous acceptons de vivre entant que Co créateurs de Dieu, vrai Créateur. N’abusons donc pas de la bonté de Dieu.

            ACTE DE GUERISON : Le Jeûne, l’Aumône et la Prière.

C’est peut-être trop ordinaire mais ces trois points sont essentiels pour notre ‘’survie spirituelle’’. Mais attention : Si nous devons le faire pas par contrainte ou devoir alors ne commençons pas du tout. Voyons en ces exercices des efforts humains pour renouveler notre filiation à Dieu en vue de raffermir notre attachement en notre foi et notre espérance en Dieu, notre créateur. C’est aussi une forme d’exprimer notre compassion pour la Planète-Terre, victime de nos malices humaines. Dieu nous aime. Aimons-le en respectant notre Planète-Terre.

En passant | Publié le par

Denier du culte !

Savons-nous ce qu’est le denier du culte, le DenieImage result for denier du culter de l’Eglise?

« Depuis sa création en 1906, le Denier de l’Église est cette contribution volontaire demandée chaque année aux catholiques. Il est destiné à assurer la vie matérielle des prêtres… Un don d’un genre nouveau est ainsi instituée en 1906 : cette contribution annuelle prend le nom de « denier du clergé », puis de « denier du culte »… Les autres ressources… sont les quêtes, les offrandes de messes et le casuel (dons à l’occasion des baptêmes et des mariages… »

Notre paroisse ne vit que des dons de ses paroissiens.

Savons-nous quand donner ?

Chaque année notre paroisse organise deux campagnes pour le Denier de l’Église : pendant le Carême et pendant l’Avent, nous pouvons donc répartir notre don annuel sur chacune de ses deux périodes.

Nous pouvons aussi effectuer, de façon régulière, plus fréquente, des dons pour des sommes plus modestes

Savons-nous comment donner ?

Nous pouvons payer en espèces : nous mettons dans une enveloppe notre don, nous écrivons « Denier de l’Église » sur l’enveloppe et nous la déposons dans un des paniers de la quête.

Nous faisons un virement bancaire sur le compte de la paroisse en indiquant « Denier de l’Église » :

IBAN : NL87 ABNA 0543 4068 65

au nom de  « Allochtonen Missie Maria Moeder van alle Volkeren »

Nous donnons ce que nous pouvons de la façon que nous préférons.

 

En passant | Publié le par