Homélie du Père Augustin – Dimanche 5 juillet

QUATORZIEME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

Première lecture : Zacharie 9, 9-10

Psaume : 144

Deuxième lecture : Romains 8, 9.11-13

Evangile : Mathieu 11, 25-30

 

Cliquer ci-dessous pour écouter l’enregistrement

 

Chers frères et sœurs en Christ,

Les textes bibliques de ce 14eme dimanche nous adressent un message d’humilité et d’espérance. C’est le salut qui est annoncé aux petits, aux pauvres et aux exclus. Nous y découvrons la puissance de la Parole de Dieu. Cette bonne nouvelle s’adresse à moi et peut-être aussi à vous dont la vie peut être quelquefois un fardeau très lourd à porter.

La première lecture est tirée du livre du prophète Zacharie. Il s’agit d’un oracle de consolation en période de guerre et de souffrance. La situation semble désespérée. Mais le prophète annonce la venue d’un roi « humble, monté sur un âne ».  Ces paroles véhiculent un message d’espérance totale en Dieu. Ce roi est juste et il vient rétablir l’ordre et la paix pour toute la nation. Il ne peut supporter la haine, la violence, les divisions et les persécutions. C’est l’amour qui triomphera.

Dans la lettre aux Romains, Paul recommande de ne pas vivre ‘’sous l’emprise de la chair’’. La chair nous rend des adolescents souvent agités. Dans les chaînes de la chair, nous n’avons d’oreille pour personne. En bien de cas, Dieu devient même notre premier ennemi.  Nous sommes souvent aveuglés par l’orgueil, nous nous contentons de notre pauvre intelligence et de nos forces humaines. Nous vivons loin de Dieu et finissons dans l’impasse. Par contre, lorsque nous vivons ‘’selon l’Esprit’’, Dieu nous guide et nous abordons les réalités de la vie avec plus de lucidité et de discernement. Ainsi, Dieu est en charge et nous oriente sans s’imposer à nous.

Dans l’Evangile, Jésus surprend par son attitude. Il sait transformer les contradictions en opportunités. Les pharisiens l’ont souvent critiqué, soupçonné et humilié. Mais ici, plutôt que de se plaindre ou de réagir aux attaques, il loue Dieu pour sa bienveillance. Cette prière de louange est inspirée par QUI Il est et par ce qu’il vit de l’intérieur.

Quand nous avons à faire à des gens trop conscients de leur supériorité, nous pouvons toujours choisir d’être petits. En réalité, nous ne perdons jamais. Nous en sortons très souvent gagnant. Nous nous brûlons moins les terminaisons nerveuses, nous gardons notre intégrité et la paix intérieure. C’est pour cela que Jésus rend grâce : ‘’Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits’’. Est-ce vraiment Dieu qui cache quelque chose aux sages ou alors, c’est mon orgueil qui me rend souvent sourd et aveugle pour voir ce qui m’est révélé ? N’est pas l’orgueil humain qui empêche l’homme d’accueillir la bonne nouvelle de l’Evangile et de la vivre au quotidien ? C’est à juste titre que Jésus a dit ‘’Heureux les pauvres de cœur, le Royaume de Dieu est à eux’’. Alors, il n’y a pas de vacances pour témoigner de sa vie de chrétien par des louanges.

Notre société regorge de ces petits dont parle Jésus : ce sont les marginalisés, les migrants, les sans-abris, les victimes des trafics humains, les prostituées, les étrangers, les malades aux contagions redoutables, les prisonniers et bien d’autres…Quel est votre fardeau ? Pour ma part, tout me pèse et m’écrase.

Jésus ne brandit pas la loi pour juger. Il s’ouvre à tous et invite avec assez de bienveillance et de bonté : ‘’Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau’’! Alors, allons au Christ pour le rencontrer :  c’est vraiment chez lui que nous pouvons déposer notre fardeau. Ainsi, nous serons transformés et renouvelés de l’intérieur. Nous retrouverons la paix et la sérénité intérieures. L’opportunité est gratuitement offerte et elle est au choix. Par la prière et l’écoute, laissons à Dieu nos maladies, nos amertumes, nos sentiments de haine et de vengeance, de violence, de rancune, de soupçon, etc. Allons lui offrir nos peurs, nos doutes et nos incertitudes…Nous sommes tous invités à l’espérance. Et pour la vivre vraiment, donnons place à l’humilité. Car ‘’le Seigneur soutient tous ceux qui tombent, il redresse tous les accablés’’. Que Dieu nous décharge de nos fardeaux et nous redresse ! Amen !

 

 

 

Aside | Posted on by

Homélie du Père Augustin – Dimanche 28 juin

TREIZIEME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

Première lecture : 2 Rois, 4, 8-11, 14-16a
Psaume : 88
Deuxième lecture : Romains 6, 3-4.8-11
Evangile : 10, 37-42

 

Cliquer ci-dessous pour écouter l’enregistrement

 

Chers filles et fils bénis de Dieu,

Les textes bibliques de ce 13eme dimanche du Temps Ordinaire nous adressent des paroles fortes sur l’accueil et l’hospitalité. Ces paroles nous mettent face à l’enjeu de toute vie chrétienne : savoir aimer et voir Dieu en tout être humain. C’est vraiment une invitation à aimer sans calcul avec Christ au centre de toutes nos motivations.

Dans la première lecture, le prophète Élisée est accueilli par une femme riche de Suname. Cette femme se montre très généreuse envers le Prophète et l’homme de Dieu. Elle n’a pas de fils et son mari est âgé. Mais elle porte cette souffrance secrètement en elle.  Avec beaucoup de délicatesse, Élisée lui promet un fils qu’elle n’espérait plus.

En écoutant ce texte de la Parole de Dieu, nous comprenons qu’accueillir l’autre c’est avoir du temps pour lui, écouter ses confidences, partager mutuellement ses joies et ses peines. C’est lui donner un toit ou un repas. C’est pleurer avec lui et accepter de faire chemin. C’est poser sur lui un regard vraiment sincère et humain avec la seule intention d’aimer. C’est voir l’autre au travers du Christ, lumière du monde. Ce qui est important ce n’est pas d’abord ce que nous donnons ; cest plutôt notre être, notre attitude envers lui, cest la qualité de l’accueil. C’est voir Dieu en l’autre. Dans toute rencontre avec l’autre, c’est Dieu que nous accueillons ou que nous refusons d’accueillir. Rappelons-nous que c’est à la qualité de notre amour et de notre accueil que nous serons reconnus comme disciples du Christ.

L’Évangile de ce dimanche nous parle aussi de l’accueil. Mais il précise avec beaucoup de force que notre amour pour Jésus doit passer avant tous les liens de famille et d’amitié ou d’attachement : ‘’Celui qui aime son père, sa mère, ses frères, ses sœurs et ses enfants plus que moi n’est pas digne de moi’’. Nous sommes appelés à un détachement raisonnable et à une ouverture plus grande envers l’autre. Jésus adressait ces paroles à ses Apôtres. Aujourd’hui, elles nous concernent. Jésus est plus qu’un maître de philosophie ou un gourou de spiritualité. Il nous dit et nous y croyons qu’Il est le Fils de Dieu, le Chemin la Vérité et la Vie. Il n’a écrit aucun livre de religion : sa religion était celle de Dieu : l’Amour.

A la suite du Christ, nous sommes tous appelés à être ‘’disciples et missionnaires’’, marchant à sa suite. Le missionnaire va annoncer Celui en qui il croit : Jésus ; et ce en quoi il croit : l’Amour de Dieu. Cette annonce peut se faire de plusieurs manières : c’est par notre attitude quotidienne envers l’inconnu(e), l’immigré(e) dans la rue ou dans les centres de détention, promouvoir dans nos foyers le sens de l’hospitalité envers les migrants et les sans-abris, prendre parti pour plus de justice, d’équité, de solidarité et de paix dans notre société. On nous opposera l’indifférence, l’hostilité, les railleries et toutes formes de persécutions et d’exclusion. Et pourtant, il faut persévérer comme Jésus qui est allé jusqu’au bout de sa mission, jusqu’à la mort sur une croix pour notre salut.

L’essence de l’Eglise, c’est d’être le Corps du Christ et non des bâtiments ou de simples associations. Nous sommes une famille de filles et fils de Dieu créés à son image et à sa ressemblance.  Témoigner de sa foi, c’est la meilleure forme de catéchèse dont notre monde a faim et soif aujourd’hui. Nous sommes tous nécessaire pour le bonheur de chacun et de tous. La vraie doctrine et le vrai dogme, c’est l’Amour. Ainsi, notre baptême en Christ prend son vrai sens : mourir en Christ et renaître de nouveau, rompre radicalement avec l’ancien monde. Car être baptisé en Christ, c’est accepter de se baigner définitivement dans l’océan d’amour du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Par notre baptême, nous avons mission de rendre l’inconnu heureux malgré nos propres difficultés. Comme la femme de Suname, cherchons plus d’opportunités pour aimer. Ainsi, pourrons-nous aussi ‘’accoucher’’ dans nos vieux jours. Accueillir le Christ, le préférer à tout, être habité par lui, voilà ce qui nous est proposé au début de ces vacances d’été. Nous pourrons reconnaître Jésus à travers les personnes que nous rencontrerons partout, l’inconnu, le migrant, le solitaire, l’abandonné, la veuve ou le veuf, l’orphelin… Puissions-nous voir en eux le Dieu vivant qui nous aime tous. Que Dieu nous bénisse ! Amen !

 

 

 

Aside | Posted on by

Message du groupe de solidarité de la paroisse francophone du Béguinage

Un grand merci à tous pour votre soutien et votre générosité

Grâce à vous une lumière a éclairé le foyer de plusieurs familles.

Nous continuons les distributions et les collectes sont toujours les bienvenues.

Vous pouvez à présent les déposer au 35C avant ou après la messe.

Merci de nous contacter avant sur le mail de la paroisse info@paroisseamsterdam.com

ou par téléphone ( 06-24-84-45-46 ou 06-44-84-54-71 )

Nous pouvons également passer chez vous si vous préférez.


 

 

 

Aside | Posted on by

Homélie du Père Augustin – Dimanche 21 juin

Première lecture : Jérémie 20, 10-13

Psaume 68

Deuxième lecture : Romains 5, 12-15

Evangile : 10, 26-33

Cliquer ci-dessous pour écouter l’enregistrement

Chers frères et sœurs en Christ,

 

Nous voici donc au 12 -ème dimanche du Temps Ordinaire ! Tout ce qui a trait au Mystère de Pâques semble du passé. Non ! C’est le moment propice pour méditer profondément sur ce Mystère d’Amour de Dieu pour l’humanité ! Le Temps Ordinaire, c’est le bon temps pour vivre les grâces de Pâques. Le plus important c’est d’accueillir le Christ chaque jour et de témoigner de ‘’la joie de l’Évangile, de la joie de Pâques’’. C’est le moment d’endurance et de persévérance malgré les persécutions et les difficultés que nous réserve la vie humaine. Les lectures du jour s’accordent pour nous fortifier, nous donner des modèles et suggérer des attitudes à adopter en tant que chrétiens.

Dans la première lecture, c’est Jérémie qui se lamente, se plaint contre ses détracteurs qui lui tendent des pièges. Il est dénoncé, calomnié et persécuté. Pourquoi ? Parce qu’il gène et dérange les habitudes. Mais des lamentations, il finit en action de grâce et en louange : ‘’Chantez le Seigneur, louez le Seigneur : il délivre le malheureux du méchant’’. L’Apôtre Paul dans la deuxième lecture, souffre aussi de la persécution, effet du péché introduit par Adam.  Le péché, c’est quand on dit non à Dieu, on tourne le dos à Dieu, quand on organise sa vie en excluant Dieu. Mais avec Jésus, le péché ne peut avoir le dernier mot ; par sa mort et sa résurrection, Jésus rétablit l’ordre de la grâce. Nous connaissons ces paroles de Saint Paul qui le disent si bien : ‘’Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé’’. C’est la victoire de l’amour sur le péché, du Bien sur le Mal. L’Evangile de Mathieu est encore plus rassurant : ‘’ne craignez pas les hommes…soyez donc sans crainte…Quiconque se déclare pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père’’. Tout est dit ici à travers la résurrection du Christ !

Lorsqu’on vit de la grâce du Christ, on poursuit le Bien à tout prix. Ainsi, il faut s’apprêter à affronter le vent et la tempête, faire face aux gens mal intentionnés et aux contradictions. Ne rêvons pas : notre foi ne nous protège pas des souffrances car nous ne sommes que disciples du Maître. Nos jérémiades ne retranchent rien à nos souffrances. C’est notre résistance au Mal qui confirme notre foi en Celui qui peut tout. Certains de nos proches nous renieront et d’autres nous trahiront à cause de nos convictions religieuses et de notre foi.  Mais les hommes malintentionnés ne peuvent rien contre notre dynamisme et notre confiance en la grâce. La victoire est possible si nous accueillons Jésus et l’intégrons dans l’ordinaire de nos vies. Si nous acceptons de prendre fait et cause pour les vraies causes de ce monde et pour Jésus, alors attendons-nous à être persécutés et même humiliés. L’Evangile du Christ a besoin d’être proclamé en plein jour, en plein été et non en hiver. Comment voulons-nous être applaudis quand nous disons non à certaines déviations de notre société telles que l’avortement, la discrimination, les violences faites aux femmes et aux enfants ? Et pourtant, si c’est notre foi, nous devons la vivre d’abord avant de l’enseigner aux autres. Enseignons par notre témoignage.

La bonne nouvelle de ces lectures : c’est que Dieu ne nous abandonne jamais. Il prend grand soin de chacun de nous. Il nous soutient. Il est à nos côtés pour combattre le Mal. L’amour donné par son Fils ne se reprend pas. Au-delà de la Croix, se trouve la certitude de la vie et la victoire acquise à la résurrection.

Si nous tenons à vivre pleinement notre foi comme Jérémie ou Paul et comme Jésus, alors attendons-nous aux soupçons, aux calomnies, aux pièges et au pire. Mais, par notre baptême, nous sommes embarqués et envoyés. Le terminus c’est jusqu’au dernier souffle. Puissions-nous prier pour tous les persécutés et les persécuteurs (‘’car ils ne savent pas souvent ce qu’ils font’’). Nous avons besoin de l’Esprit-Saint pour toujours discerner entre ce qui est vraiment de Dieu et ce qui pourrait venir de nos ambitions personnelles. Laissons-nous guider par l’Esprit-Saint ! Et qu’il ravive notre Espérance en Christ dans l’ordinaire de nos vies ! Que Dieu nous bénisse et nous guérisse de l’intérieur ! Amen !

NB : Le Père Augustin sera disponible pour les confessions chaque dimanche à partir de 10:30mn au 35C

Aside | Posted on by

Homélie du Père Augustin – Dimanche du Saint Sacrement

FETE DU CORPS ET DU SANG DU CHRIST

Première Lecture : Deutéronome 8, 2-3.14b-16a
Psaume :147
Deuxième lecture : 1 Corinthiens 10, 16-17
Evangile : John 6, 51-58

Cliquer ci-dessous pour écouter l’enregistrement

 

Chères filles et chers fils de Dieu,

Corps-et-sang-du-ChristEncore une Solennité : Celle du Saint Sacrement. Cette fête nous aide à raviver notre amour pour l’Eucharistie. C’est la fête du Corps et du Sang du Christ, la fête de l’Eucharistie. Elle est si importante qu’elle est la source même et le centre de notre vie chrétienne. Jésus est présent en nous sous la forme d’un repas, sa Chair et son Sang. Le Curé d’Ars disait à propos du Corps et du Sang du Christ : « Vous n’en êtes pas dignes mais vous en avez besoin. »

Dans la première lecture Moise fait une invitation très forte à Israël : « Souviens-toi ! » Une façon de rappeler à Israël l’importance de ses racines, de son histoire, de son passé. Car quand même on ne voit pas les racines d’un arbre, l’arbre ne peut tenir debout sans elles. Nous aussi, nous ne pouvons tenir sans notre créateur qui nous fortifie. Israël a connu des moments difficiles au cours de sa traversée du désert. Comme ce peuple, nous avons connu (et connaissons encore peut-être) des moments aussi douloureux… Dieu ne nous a pas abandonnés. Il a donné la manne à Israël, mais à nous Il donne le Corps et le Sang de son Fils pour notre vie spirituelle et de communion avec lui.  La manne a nourri Israël. Sans l’Eucharistie, nous sommes sans vie, sans repère, nous nous donnons au suicide et aux idoles de ce monde. Comme Israël, nous avons besoin de renouer avec nos racines, notre passé glorieux et sombre. Avec l’Eucharistie nous aussi dépendons de Dieu. Dans la tentation de renoncer à notre foi en Christ réécoutons souvent l’invitation : ‘’souviens-toi’’. N’oublions pas nos racines chrétiennes, notre baptême et la joie de notre première Communion. Efforçons-nous de nous nourrir de la Parole de Dieu, des sacrements et surtout de l’Eucharistie.

c5a8d5e19dd3bdef99f3b7460873291cDans la deuxième lecture, saint Paul rappelle aux chrétiens que l’Eucharistie est le pain de l’unité : « puisqu’il n’y a qu’un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps car nous avons tous part à un seul pain. » L’Eucharistie existe pour nous rapprocher les uns des autres, pour faire de nous un seul corps, le Corps du Christ… Cette unité à laquelle nous sommes appelés est fondée sur la communion au Christ. C’est lui qui nous rassemble et nous unit. C’est sa vie donnée à chacun qui fait notre unité.

Il nous appartient d’en tirer les conséquences concrètes : nous affirmons que nous sommes unis dans le Christ ; mais si nous passons nos journées sans nous saluer, sans nous regarder, sans nous parler et surtout sans nous entraider, il y a là un contresens. Certains ne se gênent pas pour le dire : aller à la messe et critiquer les autres à la sortie, c’est un scandale. L’Eucharistie exige plus qu’une vague unité spirituelle : Il faut aussi que les solitudes soient brisées et que chacun fasse vraiment l’effort d’aller à la rencontre des autres. Nous ne pouvons pas dire que nous aimons Dieu si nous n’aimons pas notre prochain. On ne mange pas vraiment le Corps et le Sang du Christ quand on reste indifférent à ceux qui sont à la même table que nous.

Dans l’Evangile, Jésus lui-même nous dit « Moi je suis le Pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. » Ces paroles ont provoqué un refus de la part des foules. Et aujourd’hui encore, l’Eucharistie pose question : comment croire à la présence de Jésus dans ce petit morceau de pain ?  Nous pouvons redire les paroles de Pierre : « A qui irions-nous, Seigneur ? Tu as les paroles de la Vie Eternelle. » C’est ce même acte de foi que nous faisons en venant à la messe, en mangeant Jésus dans un morceau de pain et une petite quantité de vin.

 Les paroles de Jésus sont toujours celles de la Vie éternelle. La nourriture qu’il nous donne c’est son Corps et son sang. C’est lui-même, homme et Dieu qui se fait notre nourriture. Sans cette nourriture, nous ne pouvons pas vivre ; nous nous coupons de nos racines. Chaque dimanche, le Christ nous invite à sa table. Nous devons tout faire pour que l’Eucharistie soit vraiment LE grand événement de la semaine. Seuls ceux qui ont un cœur de pauvre peuvent comprendre cela.

L’Eucharistie est un trésor extraodinaire pour nous qui y croyons. En ce jour, nous portons dans notre prière ceux et celles qui n’ont pas compris cela. Nous qui avons cette chance de pouvoir nous rassembler à l’église, nous rendons grâce à Dieu pour ce cadeau qu’il nous fait. C’est sa vie de ressuscité qu’il nous donne en partage dans nos Eucharisties. Devenons Celui que nous mangeons ! Amen !

 

NB : Le Père Augustin sera disponible pour les confessions chaque dimanche à partir de 10:30mn au 35C

Aside | Posted on by

Homélie du Père Augustin Dimanche de la Sainte Trinité

DIMANCHE DE LA SAINTE TRINITE

Première Lecture : Exode : 34, 4b-6.8-9
Psaume : Cantique de Daniel
Deuxième : 2 Corinthiens : 13, 11-13
Evangile : 3, 16-18

Cliquer ici pour écouter l’audio

 

Chers sœurs et frères en Christ,

unnamedNous célébrons en ce dimanche la Sainte Trinité. C’est la fête du Mystère d’un Dieu en Trois Personnes :  le Père, le Fils le Saint-Esprit. C’est un Mystère qui échappe complètement aux lois de la mathématique. Saint Augustin est connu comme l’un des docteurs de l’Eglise qui aurait passé une grande partie de sa vie à méditer et à écrire sur le Mystère de la Trinité. Nous connaissons peut-être cette histoire sur lui. Il paraît qu’un jour il marchait au bord de la mer en méditant sur la Sainte Trinité. Soudain, il aperçut un petit enfant qui avait creusé un trou dans le sable. Avec un coquillage à la main il essayait de mettre l’immense eau de la mer dans le petit trou. Augustin expliqua à l’enfant que c’était impossible. L’enfant à son tour lui aurait répondu : ‘’c’est presque aussi impossible pour toi de chercher à comprendre ce grand Mystère de la Trinité’’. Cet enfant, c’était peut-être, Dieu !

Cette histoire, nous enseigne que chercher à comprendre entièrement ce Mystère est Sainte-Trinite-1920x1080humainement impossible. Le langage d’homme ne peut expliquer la Sainte Trinité entièrement. Le jour que l’homme comprendra le Mystère du ‘’Dieu-Un en Trois Personnes’’, ce jour-là Dieu cessera d’être Dieu. Nous avons plutôt besoin d’une foi et d’une confiance d’enfant pour l’accepter et l’imiter dans notre vie.

Chacun des Trois Personnes a son Identité propre et son rôle : le Père est Créateur du Ciel et de la Terre. Il a parlé par les prophètes comme Moises. Jésus, le Fils est Rédempteur (Sauveur). Le Saint-Esprit est notre Guide et notre Consolateur. A la Création, le Fils et le Saint-Esprit soutenaient le Père dans son rôle de Créateur. Le Père et le Saint-Esprit ont soutenu le Fils pendant son Ministère sur la terre. Jésus nous révèle que Lui et le Père sont Un. Ensuite Il promet et envoie le Saint-Esprit le jour de la Pentecôte. Depuis la Pentecôte, l’Esprit-Saint guide l’Eglise avec le soutien total du Père et du Fils. Ils sont tous Trois Indépendants, Dépendants des uns des autres mais aussi Interdépendants entre eux. C’est une Indépendance qui n’est pas une division mais renvoie à leur Identité.  Leur Dépendance est réciproque car ils prennent plaisir à vivre de l’Amour et de la confiance des uns et des autres. Ils sont Interdépendants dans une communauté d’amour et de communion dont Ils se nourrissent mutuellement. Personne des Trois ne vit en isolation. Chacun est un don pour l’autre ! C’est une Famille qui existe pour aimer et vit d’Amour.  Finalement Dieu est UN au pluriel.

110639637_oLa deuxième lecture nous adresse un message fort pour vivre comme la Sainte Trinité : ‘’ Frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous’’. Si nous regardons et écoutons autour de nous, il y a comme une contradiction frappante face à ces paroles de Dieu. Notre monde souffre de violences répétées et impunies. Nous manquons d’amour et de paix. Nous vivons dans une société qui cultive plus de soupçon que de confiance. On a les yeux pour distinguer la couleur de la peau plutôt que d’apprécier la présence du prochain comme un don. On juge les autres compte tenu de leur appartenance raciale, ethnique, religieuse ou de leur statut social. La diversité n’est plus un don ; elle est devenue une menace. La tolérance n’est plus de notre langage courant. Nous voyons souvent des erreurs et des fautes chez les autres plutôt que des opportunités. Chacun a peur de l’autre : c’est malheureusement le ‘’chacun pour soi et Dieu pour tous’’. Tout le monde crie injustice, racisme, discrimination et exclusion. Mais très peu veulent vraiment changer. Personne ne veut créer un monde nouveau de fraternité, personne ne veut mourir pour l’autre et personne ne veut être consolateur du prochain. Qui est donc responsable ? Le vers c’est dans le fruit : le mal se trouve en moi. Et tant que je ne change pas, les autres ne pourront changer. Tant que je ne vois pas en l’autre le vrai visage du ‘’Dieu-Un’’, notre humanité ira mal. Le Mystère de la Trinité nous interpelle : Personne n’a le droit d’être heureux tout seul. Les nouvelles sur nos familles ne donnent plus le goût à la jeune génération d’aimer le mariage. Et pourtant, c’est bien le creuset où devrait se vivre au quotidien cet amour infini de la Trinité. C’est là où le pardon, la paix et la joie de voir l’autre grandir devraient nous stimuler à faire de lui un don ! La Trinité se vit d’abord en famille ! Commençons donc aujourd’hui ! Que Dieu nous bénisse ! Bonne fête de la Sainte Trinité ! Amen !

Aside | Posted on by

Protocoles pour les messes au Béguinage

La Messe le dimanche aura lieu à 12h15

En général : En cas de problèmes de santé, si vous vous sentez fiévreux, si vous toussez, ne venez pas. !!

Réservation
-Le nombre maximum autorisé est de 30 croyants. Pour cela, nous vous demandons de réserver votre place pour la célébration du dimanche.
-La réservation est possible tous les vendredis et samedis par e-mail : info@paroisseamsterdam.com ou whatsapp : 06-27-74-26-72 (entre 9h et 17h). Veuillez indiquer le nombre de personnes dans votre message.
-Une confirmation vous sera envoyée par le bureau au plus tard le samedi soir.

À l’entrée :
-L’entrée se fait par le magasin.
-Désinfectez-vous toujours les mains.
-Attention ! Gardez toujours une distance de 1,5 mètre entre chacun et suivez bien le sens de circulation.
-Les croyants prennent place aux places marquées d’une croix.

Animation
-Il n’est pas permis de chanter, seul l’animateur/animatrice peut chanter.
-Pour le moment, les chorales ne sont pas permises.

Liturgie/Altar
-Evitez d’apporter à l’autel des fruits et légumes ou tout autre cadeau en procession.
-Les fidèles ne se tiennent pas la main lors du ‘Notre Père’.
-Pour la paix du Christ nous ne nous serrons pas la main.

Communion
-A partir du 14 juin, vous devez de nouveau vous désinfecter les mains avant de recevoir l’hostie.
-Les enfants qui ne peuvent pas encore participer à la communion peuvent recevoir la bénédiction sans se toucher en gardant la distance de 1,5 mètre.

Quête
-Au béguinage : la collecte a lieu à la fin de la messe dans un panier à la porte de sortie.
-A la maison : la collecte est possible par virement bancaire sur compte de la paroisse.

Sortie
-La sortie se fait par la porte principale au milieu de la chapelle.
-Attention ! Gardez une distance de 1,5 mètre en tout temps.
-Partager le café ou le thé à la fin de la messe (au 35c) n’est pas possible pour le moment.

Aside | Posted on by

Homélie du Père Augustin – dimanche de Pentecôte

DIMANCHE DE Pentecôte

Première lecture : Actes des Apôtres : 2 :1-11
Deuxième Lecture : 1 Corinthiens 12, 3b-7. 12-13     
Evangile : Jean 20, 19-23
Cliquer ici pour écouter l’audio

Chers filles et fils de Dieu,

 ‘’La Paix soit avec vous’’

Nous célébrons aujourd’hui la Fête de la Pentecôte. C’est la fête de la descente du Saint-Esprit promis par Jésus à ses Apôtres, 50 jours après Pâques.

La Pentecôte est considérée comme le jour de la naissance de l’Église. Cette belle image nous renvoie aux Apôtres, à Marie et à la petite communauté qui se forme timidement. Dès ce jour de Pentecôte, commence une Église avec quelques caractéristiques qui lui sont propres :

WhatsApp Image 2020-05-31 at 09.36.06 (1)L’Église est Charismatique : Les Apôtres ont reçu l’Esprit mais aussi les 7 dons pour porter du fruit. Cette Église se veut le tabernacle, la demeure de Dieu pour témoigner de l’Évangile et de l’Amour infini sous l’inspiration de l’Esprit-Saint. Marie est là par son effacement et son silence. C’est elle qui fut ‘’couverte de l’ombre de l’Esprit-Saint’’ et qui enfanta Jésus. Marie est présente pour être parmi ceux qui donnent naissance à la nouvelle Communauté de chrétiens. Elle est là pour prier et y avoir sa place.

L’Église est Apostolique : C’est à Pierre et aux autres Apôtres qu’il revient la tâche d’être la tête de l’Église naissance. Mathias a remplacé Judas Iscariote. Le nombre est désormais parfait pour commencer une Église Charismatique.

A la place de Pierre et des autres Apôtres, il faut voir l’humanité et non seulement l’autorité de l’Église. Chacun de nous appartient à cette Église au même titre que l’autorité. Car sans les membres du corps la tête devient inutile.

siDans la première lecture du jour, le Saint-Esprit s’est posé sur chacun d’eux en forme de langues de feu. Il y a eu un déclic, un changement capital : ‘’tous furent remplis de ‘d’Esprit-Saint, ils se mirent à parler d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit’’. La descente de l’Esprit-Saint nous fait quitter notre monde ancien, nous conduit au changement et à la transformation. La présence de l’Esprit-Saint peut souvent nous conduire à parler plusieurs langues. L’essentiel, c’est de se laisser mouvoir par sa force et ses dons. L’Eglise que nous confie Jésus est loin d’être une simple association de personnes autour d’un idéal. C’est une famille autant humaine que spirituelle. Elle est un Sacrement, le signe visible de l’Amour de Dieu manifesté sur la terre. C’est une communauté de frères et sœurs qui sont liés par le sang du Christ ressuscité. Notre Église est le Corps du Christ.

La présence de l’Esprit-Saint dans nos vies nous fortifie et ravive notre Foi et notre Espérance. Elle suscite en nous l’amour parfait qui finalement bannit la peur, les excuses et les soupçons. L’Esprit-Saint nous invite à lui faire confiance. On ne croit qu’en ceux qui nous aiment inconditionnellement. Si Jésus est mort pour nous, c’est pour nous signifier cet amour sans limite. S’il nous envoie l’Esprit-Saint, c’est pour nous faire confiance. Qu’en faisons-nous ? Quel est notre langage d’Amour ?

En ouvrant nos cœurs au souffle de l’Esprit, demandons-lui la grâce de prendre vraiment notre place qui comme Marie, qui comme Pierre ou tout autre Apôtre. Car notre monde d’aujourd’hui a plus que jamais besoin d’une Église Charismatique où chacun à une place et parle un langage d’Amour. Nous avons besoin d’être des charismatiques pacifiquement violents. Le Royaume de Dieu souffle violence et seuls les violents y entrent. Un peu de violence sur soi permettrait au Saint-Esprit de nous guider et de nous aider à parler le langage des 7 dons en famille et dans notre entourage immédiat. Si nous cédons à l’influence du Saint-Esprit, nous pourrions éviter d’être victimes de la machination de notre société dans laquelle on voit plus de mal que de bien. L’Esprit n’est jamais absent c’est nous qui sommes souvent loin. Vivons pleinement notre vie. Car l’amour parfait chasse la peur et le doute. Donnons-lui une place chaque matin pour discerner notre journée. Ne crayons donc pas. Faisons confiance au Saint-Esprit, Consolateur et Père des Pauvres. Que la Paix du Christ ressuscité soit avec vous ! Amen !

Aside | Posted on by

Enfin la reprise des messes! – 7 juin

Chers paroissiens,

Le gouvernement néerlandais autorise la reprise des messes à partir du 1er juin sous certaines conditions.

Nous pourrons donc nous retrouver, avec un maximum de 30 personnes, à la chapelle du Béguinage à partir du dimanche 7 juin.

Nous sommes en train de travailler sur les protocoles de reprise et nous vous donnerons de plus amples informations rapidement.

Aujourd’hui, l’épidémie Covid rend impossible la célébration des messes et la Paroisse continue à devoir couvrir certaines dépenses.

Afin de palier à la baisse des ressources issues de la quête, nous vous proposons de faire une offrande par internet sur le compte de la Paroisse.

IBAN: NL87 ABNA 0543 40 68 65

Au Nom de Allochtonen Missie Maria Moeder van alle Volkeren

Nous remercions tous ceux qui ont déjà fait un don et merci à tous de continuer à soutenir et aider la Paroisse.

 

Posted in Non classé

Homélie du Père Augustin du 7ème dimanche de Pâques

                     SEPTIEME DIMANCHE DE PAQUES

Première lecture « Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière » (Ac 1, 12-14)
 Psaume(Ps 26 (27), 1, 4, 7-8)
 Deuxième lecture « Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous » (1 P 4, 13-16)
 Évangile « Père, glorifie ton Fils » (Jn 17, 1b-11a)

 

 Nous souhaitons méditer sur la fête de l’Ascension comme un signe de confiance que Jésus fait aux Apôtres et à toute l’Eglise. La fête de l’Ascension, c’est le jour où Jésus ressuscité, disparaît publiquement au regard de ses Apôtres, quarante jours après Pâques.

Dans l’étonnement total, les Apôtres ont leur regard levé vers le ciel. Ils se posent intérieurement la question s’ils peuvent tenir sans leur Maître dans un monde qui leur est si hostile ? Mais l’Ange les aide à remettre la balle à terre : “Pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ?” En d’autres termes, ne rêvez pas et ne vivez pas dans l’irréel ou l’imaginaire car la mission vous est désormais confiée. Vous en êtes bien capables. Ne perdez donc pas votre temps. Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui viendra sur vous et vous guidera.  Comme les Apôtres, nous avons souvent peur et doutons de nous-mêmes. Avec l’Ascension Jésus nous fait comprendre que les choses vont changer. Pour nous chrétiens, même si nous sommes « citoyens du ciel » nous devons d’abord avoir les pieds sur terre. Jésus sait que nous sommes faibles, que nous allons le renier plusieurs fois et le trahir indéfiniment. Même l’autorité de son Eglise se mettra dans de sales draps plusieurs fois. Alors, il prépare bien son départ et sa succession. Il nous rassure qu’il ne nous laissera pas orphelins. Il sera toujours avec nous jusqu’à la fin du monde. Seulement que son mode de présence est désormais autre. Cela nous fait comprendre la mission confiée par le Christ : “Allez donc, de toutes les nations, faites des disciples…” Le départ de Jésus n’est pas une simple absence ni une distanciation sociale mais plutôt une autre manière de nous rendre responsables. Car Jésus n’est plus visible mais son Esprit-Saint agit. L’histoire ci-dessous nous montre la confiance que Jésus fait en son Eglise : Il paraît que lorsque Jésus est retourné au ciel le jour de l’Ascension, l’Ange Gabriel l’a accueilli chaleureusement à la porte et lui aurait demandé : ‘’Jésus, tu es déjà de retour’’ ? Jésus lui répond : ‘’oui, j’aurais bien voulu rester plus longtemps mais ils m’ont tabassé, humilié, renié, trahi et crucifié’’. Et Gabriel de continuer : ‘’Pauvre toi ; cela veut dire que ta mission a été un échec’’ ? Jésus sourit à demi et dit : ‘’ Non, j’ai tenu bon jusqu’au bout de ma mission. Je leur ai laissé le flambeau de continuer l’Eglise sur la terre. J’ai préparé le terrain pour eux. Ils en sont capables’’.  Quelle belle image que d’entendre Jésus faire encore confiance à l’humanité ! Ce signe de confiance doit susciter en nous le courage de témoigner de notre baptême. Un témoignage qui s’adresse aux plus proches en famille, aux plus réceptifs et aux plus accueillants mais aussi aux indifférents et aux gens des périphéries.  A notre tour, faisons confiance au Saint-Esprit et engageons-nous pour la mission qui se veut solidaire des plus abandonnés. Retroussons donc nos manches et plions nos pantalons ! A nos marques, partons !

7emdimanche-1L’Évangile du jour nous présente Jésus en prière. Il dit : ‘’Père, glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie’’. Cette prière de Jésus révèle la beauté et l’intensité de la communion d’amour infini avec son Père. Jésus nous y associe et nous y invite. Du coup, il donne la joie de prier. La prière tient une place centrale dans nos vies surtout quand il faut prendre des décisions sérieuses qui engagent nos choix de vie tels que la vocation sacerdotale ou religieuse, la vie monastique, un apostolat, le mariage ou une profession. En réalité la prière nous aide à discerner avec lucidité. C’est d’ailleurs le secret de la mission. Si nous aimons prier, nous mériterons la confiance que nous fait Jésus malgré nos faiblesses. Aimons donc prier !

Prions : ‘’Dieu Père, infiniment bon et infiniment aimable, avec Marie et avec toute l’Église, nous levons nos regards vers toi et nous t’offrons notre humanité blessée par le péché. Ouvre nos cœurs à accueillir le Saint-Esprit et à renouveler ses dons en nous. Donne-nous la grâce de t’aimer comme tu nous aimes’’. Amen !

ASCENSION DE JESUS : APPELES A SE LEVER ET A S’ELEVER

L’etre humain aime beaucoup la routine, on se familiarise très vite, on s’habitue très downloadenvite aux réalités…Nous avons en nous ce système de protection qui fait que nous tenons durs dans les épreuves…Nous sommes nées libres, nous apprend-on. Récemment c’est le confinement. Au début c’était difficile mais les spécialistes nous y ont forcés. Finalement on commençait déjà par s’habituer quand on parle encore de Déconfinement. Ce temps qui court doit être une occasion de revendication de droit personnel à la vraie liberté. Fouillons, puisons…On a très vite de nous habituer aux réalités qui nous sont imposées…Nous pouvons vivre dans le désert quand il y a nécessité, dans le froid si le climat l’impose…

NE NOUS HABITUONS PAS AU RENFERMENT SUR SOI, AU CONFINEMENT SPIRITUEL. La rivière qui ne coule pas se décompose et devient le nid de bactéries. Nous sommes trop habitués au péchée, au statu quo spirituel. Ne nous habituons pas au confinement spirituel.

Nous sommes capables de nous lever et de nous élever. Il faut décider et croire en la grâce…Un voyage arrive dans un village et aperçoit un éléphant attaché à un arbre. Il s’y intéresse vraiment. Et se demande comment cela était possible. Mais on lui explique que l’éléphant a été lié au même endroit depuis son enfance avec une petite chaine.  Lorsque sa maman était à 100 m de distance. Quand il avait besoin de téter sa mère il se battait pour rejoindre sa mère mais n’y arriva jamais. Il se battait chaque fois. Il ne pouvait pas casser la petite chaine au pied. Finalement il s’est convaincu qu’il était incapable de bouger et de casser la petite chaine. Finalement, la chaine devint inébranlable et indestructible pour l’éléphant dans son esprit. Il avait accepté sa condition, sa défaite. Il avait finalement démissionné. Il s’est dit : je suis incapable de casser cette chaine. Plus grand, il avait beaucoup plus de muscles, de forces. Mais son esprit est resté le même : petit et appauvri. Il a gardé la même mentalité, les mêmes convictions se disant : ‘’je suis incapable de briser cette chaine. Malgré son poids, sa masse de plus de 10000kg, il ne parvint pas à se déplacer. Son esprit le rendu petit. Prisonnier de son propre esprit de sa propre histoire.

Beaucoup d’entre nous sont comme cet éléphant. Incapable de grandir mais de toujours rester au même endroit, à pleurnicher, à condamner les autres et les soupçonner. Le problème, c’est nous pas les autres.

D’où l’importance de l’Ascension. Levons-nous ! Elevons-nous ! Quittons nos torpeurs et nos masses. Il plus de raisons de grandir que de rester toujours pécheurs…Jésus nous convie aujourd’hui à quitter cette petite chaine en nous, à la briser…afin de rejoindre notre mère pour téter…Nous sommes victimes de nos propres croyances, nous nous sommes convaincus qu’il est impossible de faire autrement. C’est faux. Il y a une autre alternative…Celle de quitter le bourbier du présent du doute de soi.

Aside | Posted on by