Vigile Pascale » du « Samedi Saint » 11 avril 2020

VIGILE PASCALE

Evangile: Mathieu 28, 1-10

Chers frères et sœurs,

 

Christ est ressuscité, Alléluia ! Alléluia !

La Bonne Nouvelle de la résurrection du Christ ramène toute l’humanité de la mort à la vie, du découragement à l’Espérance, de la déroute à l’essentiel : c’est à Jésus ressuscité.

La liturgie de cette Nuit Pascale retient notre attention sur la victoire de la lumière du Christ ressuscité sur les ténèbres de la mort. C’est bien le sens du cierge pascal, cette grande et imposante bougie qui s’allume dans le noir de l’Eglise et qui proclame Jésus, la Lumière du monde. Ce cierge nous rappelle notre baptême, notre mort en Christ mais aussi notre vie en lui.

En effet, après la mort de Jésus, les choses se sont vite passées : tout le monde s’est empressé d’aller chez soi par respect pour le Sabbat mais aussi par prudence, car les temps qui courent sont dangereux. Tout le monde vit dans l’incertitude mais aussi en attente de toute moindre information à propos de Jésus, crucifié, mort et enseveli. C’est le suspense. Quelle sera la suite puisque lui-même avait promis ressusciter d’entre les morts après trois jours ? C’est la nuit partout, c’est les ténèbres. Tout le monde, même ses bourreaux ont perdu les repères. Les Apôtres ont disparu et se cachent.

Mais, Marie Madeleine et l’autre Marie prennent le risque de visiter le tombeau de Jésus. Elles y rencontrent l’Ange qui leur donne les dernières informations sur Jésus ‘’Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait…et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez’’. Les deux femmes sont prises de peur et de doute. Mais elles ressentent aussi quelques lueurs de joie et d’Espérance dans leur cœur troublé. Sans tarder, Jésus leur apparaît, les salue et leur donne rendez-vous en Galilée.

Notre tendance humaine nous conduit souvent à nous intéresser à ce qui ne va pas plutôt qu’aux opportunités qui se présentent. Marie Madeleine et l’autre Marie s’élèvent au-dessus de la mêlée, elles refusent de se laisser manipuler par l’autorité et résistent à la peur et à la dynamique du groupe : elles bougent et cherchent si quelque chose est encore possible à propos de Jésus, leur Ami et Seigneur. Elles ne veulent être intimidées par personne. Elles font leur propre expérience et advienne que pourra. Il nous arrive souvent de vivre des moments difficiles. Mais lorsque nous prenons le temps de nous ressourcer en Jésus, nous parvenons à le voir surgir de nos ténèbres comme une lumière ou comme une inspiration. Alors, une conversation peut commencer. Il nous parle et nous donne rendez-vous. Du désespoir, de l’incertitude et du découragement Jésus apparaît pour nous rassurer que rien n’est compromis et que tout est encore possible. Il vient par surprise pour nous inviter à continuer le voyage de la vie. Mes échecs, mes peines, mes hontes et humiliations, mes maladies et toutes mes pages noires ne peuvent avoir raison de moi. Jésus ne s’est pas laissé ligoté par la mort. Marie Madeleine et l’autre Marie ont refusé d’être victimes des circonstances. Comme quoi, ne cédons jamais au découragement. Quittons nos tombeaux et rencontrons Jésus en Galilée: il nous y attend.

Christ est ressuscité, Alléluia ! Alléluia !

Bonne veillée pascale dans la paix du soir.

 

 

Aside | Posted on by

Chronique du Père Augustin NDAH. Le Temps de Carême

                         LA SEMAINE SAINTE (Avril 05-11)

                                                   PITANCE SPIRITUELLE

 PECHE ECOLOGIQUE : LA PARESSE

Les exigences de notre société moderne font de nous des êtres toujours en mouvement. Nous avons l’impression de chercher à rattraper le temps. Ceci peut nous démotiver à engager pour plus de Solidarité et d’attention aux autres/ prochains. Le Pape François dans son Encyclique Laudato Si, attire notre attention contre cette forme de ‘’globalisation de l’indifférence’’ et nous encourage à passer notre vie à répondre ‘’au cri de la Planète-Terre et au cri du Pauvre’’ (LS. 49). Comment pourrons-nous vivre cet appel en cette Semaine Sainte ?

 LA VERTU ECOLOGIQUE : LA DILIGENCE

Cette Vertu nous invite à donner assez d’attention et montrer de générosité à nos sœurs et frères les plus faibles. Nous sommes appelés à confronter à nous la léthargie de l’inaction car ‘’vivre notre vocation en étant protecteurs de l’œuvre de Dieu est essentiel à la vie de la Vertu’’ LS 217

 ACTE DE GUERISON : S’ENGAGER POUR L’ENDURANCE

Alors que nous amorçons la Semaine Sainte, demandons la grâce de continuer le chemin de la conversion écologique durant et après le Carême et la Pâques. Si possible, identifiez un acte vertueux vous permettant de continuer à témoigner de votre engagement à prendre soin de notre Planète-Terre, notre Maison commune.

UN RECAPITULATIF DE LA SEMAINE SAINTE

Il n’est plus de secret pour personne que la grande partie de notre humanité fêtera la Pâques soit en quarantaine ou en confinement. Ci-dessous un récapitulatif des points forts de la Semaine Sainte :

  • Dimanche 5 avril 2020 : Fête des Rameaux :                                                          C’est le dernier dimanche avant Pâques. L’Église célèbre le dimanche des Rameaux et de la Passion. C’est six jours avant la Pâque juive et Jésus retourne à Jérusalem en triomphe. La foule l’accueille avec des chants et ovations comme le mériterait tout roi bien-aimé. Au sol, c’est le ‘’tapis vert’’ fait de rameaux pour acclamer Jésus lors de son entrée dans la ville. Durant cette liturgie sans fidèles, l’Église célèbre, avant la messe, l’entrée messianique du Seigneur à Jérusalem, telle que les quatre évangiles la rapportent.
  • Jeudi 9 avril 2020: Jeudi saint:                                                                                             A cette date, les chrétiens commémorent le dernier repas (ou la Cène), que Jésus a pris avec ses apôtres. Il prit le pain et le vin, et rendit grâce, instituant ainsi le Sacrement de l’Eucharistie. Au cours de ce même repas, Jésus lave les pieds de ses disciples. Dans beaucoup d’églises, on procède ainsi au rite du lavement des pieds. Ce geste rappelle aux prêtres leur vocation de serviteurs.
  • Vendredi 10 avril 2020: Vendredi saint                                                                  Jour le plus mystérieux de la chrétienté, le Vendredi saint célèbre la Passion du Christ et sa mort sur la croix. Après avoir été trahi par Judas et abandonné par Pierre, Jésus est arrêté et monte au calvaire chargé de sa croix. Nous ne sommes pas en deuil : c’est l’occasion plus que jamais propice pour méditer sur le mystère de la vie, ses souffrances et la mort…C’est le jour du GRAND SILENT en quête de sens !
  • Samedi 11 avril 2020: Samedi saint:                                                                                 La célébration de la nuit du Samedi Saint au dimanche de Pâques est « une veille en l’honneur du Seigneur » durant laquelle les catholiques célèbrent Pâques, passage des ténèbres à la lumière, victoire du Christ sur la mort. C’est un jour de silence et de recueillement où l’on médite sur la mort du Christ.
  • Dimanche 12 avril 2020: Pâques Que Jésus ressuscite dans nos cœurs et dans nos familles. Amen !                                                                                                                         Nous vivrons tous ces évènements dans le confinement et le recueillement depuis chez nous. Une occasion peut-être pour une intimité plus que jamais profonde avec l’Epoux Ressuscité !                                                                             La fête de Pâques est le sommet du calendrier liturgique chrétien, jour de la résurrection du Christ. Ce jour d’allégresse est célébré par une messe solennelle et le clergé s’habille de blanc ou d’or, symbole de joie et de lumière. « Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rend au tombeau. La pierre a été enlevée… Les bandelettes ont été déposées…Le linge est roulé à part (Évangile selon saint Jean, 20).
Aside | Posted on by

A PROPOS DE LA CONFESSION PASCALE : ” Le Pape François nous répond “

A l’approche des fêtes de Pâques, beaucoup de chrétiens désirent recevoir le pardon dans le sacrement de la réconciliation. Comment faire quand la rencontre avec un prêtre n’est plus possible ?

Lors de la messe du 20 mars 2020, le pape François a évoqué cette question et rappelé quelques points de la foi de l’Eglise à propos du pardon des péchés et du sacrements de la réconciliation. A tous les malades du Coronavirus, à tous les confinés qui ne peuvent pas vivre le sacrement de la réconciliation en cette période de Carême, le pape François rappelle ce que prévoit le Catéchisme pour demander pardon à Dieu. « Je sais qu’à l’occasion de Pâques, beaucoup d’entre vous allez vous confesser pour retrouver Dieu », a dit le pape lors de la messe qu’il célébrait ce 20 mars 2020 en direct streaming de Sainte-Marthe. « Mais nombreux me diront aujourd’hui : “Mais, père, où puis-je trouver un prêtre, un confesseur, puisque je ne peux pas sortir de chez moi ? Et je veux faire la paix avec le Seigneur, je veux qu’il m’embrasse, que mon papa m’embrasse… Comment faire sans prêtre ?” » « Fais ce que dit le Catéchisme », a-t-il répondu : « C’est très clair : si tu ne trouves pas de prêtre pour te confesser, parle avec Dieu, il est ton Père, et dis-lui la vérité : “Seigneur, j’ai manigancé ceci, cela, cela…. Pardon”, et demande-lui pardon de tout ton cœur, avec l’Acte de contrition et promets-lui : “Je me confesserai plus tard, mais pardonne-moi maintenant”. Et tu reviendras immédiatement dans la grâce de Dieu. »

L’art de se confesser. Comment se confesser ? Je commence par faire silence et je regarde Jésus sur la croix. C’est par amour pour moi qu’il a accepté toutes ces souffrances et qu’il a donné sa vie. Je lis ensuite un passage de la Bible, comme un appel à la conversion, par exemple : la première lettre de saint Paul aux Corinthiens 12,31 ; la première lettre de saint Paul aux Corinthiens 13, 1-7 ; le Décalogue Ex 20, Je prie Marie Refuge des Pécheurs et l’Esprit-Saint de m’aider à y voir clair en moi-même. Je fais mon examen de conscience.

Ainsi, a ajouté le pape, « tu peux t’approcher toi-même du pardon de Dieu, comme l’enseigne le Catéchisme, sans avoir de prêtre sous la main… Trouve le moment juste, le bon moment. Un Acte de contrition bien fait, et ainsi notre âme deviendra blanche comme la neige ». Le pape François citait les articles 1451 et 1452 du Catéchisme de l’Eglise catholique, qui stipulent que la « contrition « parfaite » remet les fautes vénielles ; elle obtient aussi le pardon des péchés mortels, si elle comporte la ferme résolution de recourir dès que possible à la confession sacramentelle ». « La contrition dite » imparfaite » (ou » attrition «), poursuit le texte, est, elle aussi, un don de Dieu, une impulsion de l’Esprit Saint. Elle naît de la considération de la laideur du péché ou de la crainte de la damnation éternelle et des autres peines dont est menacé le pécheur (contrition par crainte). Un tel ébranlement de la conscience peut amorcer une évolution intérieure qui sera parachevée sous l’action de la grâce, par l’absolution sacramentelle. Par elle-même, cependant, la contrition imparfaite n’obtient pas le pardon des péchés graves, mais elle dispose à l’obtenir dans le sacrement de la Pénitence. » (Anne Kurian, dans zenit.org)

 

Aside | Posted on by

Homélie du Père Augustin du dimanche 5 avril 2020 Dimanche des rameaux et la passion du christ

            DIMANCHE DES RAMEAUX ET DE LA PASSION DU CHRIST

Première lecture : Isaïe 50, 4-7

Psaume 21

Deuxième lecture : Philippiens : 2, 6-11

Evangile, 26, 14-27, 6

“La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ”

Chers frères et sœurs,

Pas à pas, nous traversons le brouillard et nous nous acheminons radicalement vers les fêtes de Pâques. La Semaine Sainte commence avec le Dimanche des Rameaux et de la Passion du Christ. Occasion privilégiée pour méditer sur le sens de la Souffrance, de la Mort et de la Résurrection. Le Christ nous y conduit et nous en fait sortir.

Nous sommes à Jérusalem. Il sonne probablement 15 heures. Subitement, il fait déjà nuit, nous dit l’Evangile. Surprise générale. Tout a changé d’un coup. Toutes les autorités politiques et religieuses ont l’air grave. La ville est déserte tout est vide. Deux morceaux de bois croisés se font à peine distingués dans le noir et à côté, un gros marteau et quelques clous. Ces morceaux de bois sont faits pour Jésus, devenu source de contradiction, de soupçon et de méfiance. Ce bois devient le lit dressé pour Jésus, le Fils de Dieu, le Maître de la vie. Jésus y est pendu et hissé comme le ‘’drapeau de Dieu’’. Et les commentaires vont bon train : ‘’pauvre bon type’’, ‘’un homme de cœur’’, l’ami des pauvres et des exclus’’, ‘’Prince de la Paix’’ ou alors, ironiquement appelé ‘’Roi des juifs’’.

Qu’aurait-il fait pour mériter un tel sort, une telle insulte contre l’Amour gratuit de Dieu ? Pourquoi ne s’est-il pas dérobé ni révolté devant ses détracteurs et ses ennemis ? Pourquoi accepte-t-il une telle ingratitude ? Car en réalité, il est présenté à l’humanité comme ‘’ayant la condition de Dieu…mais qui s’est anéanti, s’est abaissé devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix’’ (Philippiens : 2, 6-7). Il ne gagne qu’en nous faisant gagner notre salut !

La Croix, ce bois de la honte nous introduit pourtant au mystère de l’Amour que Dieu porte pour l’humanité. Cet amour est bien loin d’être vraiment compris par l’homme car il n’a rien de calculateur ni de politiquement correcte. Cet Amour est si têtu et déterminé qu’il ne recule devant aucun obstacle : il va jusqu’au bout. Dieu est allé jusqu’au bout de son projet de salut pour l’Homme. Le message de la Croix du Christ est clair : ‘’Dieu veut mourir pour l’homme, son bourreau’’. La foi en Dieu et en Christ va aussi jusqu’au bout. On ne recule pas quand on croit en Jésus et en son message. La croix, la raison d’être de notre pouvoir de résistance : avec elle, nous pouvons ‘’rendre nos visages, durs comme pierre car nous savons que nous ne serons pas confondus’’. Elle nous apprend à devenir des guerriers intrépides. Car aucun disciple n’est plus grand que son maître. Et quelle est la fin du film ? ‘’Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin que tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers’’ (Philippiens 2, 9-10). La mort la plus ignoble c’est celle qui se fonde sur la peur et le désespoir…Une vie humaine sans foi en Dieu est comme une passoire : tout passe et rien ne reste. Mais nous, nous avons plus de raison de vivre car nous vivons d’Espérance.

Aujourd’hui, le Christ entre en triomphe dans sa propre ville pour rendre parfaite son œuvre de salut : ‘’souffrir, mourir et ressusciter’’. Ces trois réalités sont inséparables de notre condition humaine car elles nous côtoient chaque jour. La mort de Jésus n’était pas une défaite mais une victoire, une victoire sur le péché, sur le mal, sur la peur, la panique, le désespoir et sur les ténèbres de toute forme. Ouvrons-lui largement nos cœurs et laissons-lui la place. L’entrée triomphale de Jésus ne se fait plus sur la terre de Jérusalem, c’est désormais dans le territoire de nos cœurs arides et asséchés. Ecoutons les battements de nos cœurs. Que s’y passe-t-il maintenant ? Sentons-nous la peur, la panique, l’amertume, la vengeance, la détresse ou le poids du deuil ? Confions nos états d’âme à Jésus qui s’invite chez nous. Il a un message pour chacun de nous : ‘’Le maître te fait dire : c’est chez toi que je veux célébrer la Pâques avec mes disciples’’ (Mathieu, 26, 18). Osons reconnaître et accueillir la vérité et la lumière que nous offre cette venue triomphale de Jésus chez nous. Même dans la douleur du temps présent, osons lui ouvrir la porte. Il ne veut plus perdre de temps. Il ne nous donne pas la paix éphémère et marchandée que donne le monde mais celle de Dieu qui guérit et un Amour qui nous réconcilie à lui, aux autres et à nous-mêmes. Une paix qui nous rend libres des mauvaises nouvelles de l’entourage et nous aide à tenir debout malgré les croix. Une paix qui nous ouvre à l’autre, à son époux, son épouse, ses enfants, ses parents. C’est bien là le scandale de l’Amour de Dieu. Laissons Jésus venir chez nous et y fêter Pâques. Ecoutons-le car il connaît TOUT !

Pieuse et fructueuse Semaine Sainte !

Aside | Posted on by

Homélie du Père Augustin du dimanche 29 mars 2020

CINQUIEME DIMANCHE DE CAREME ANNEE A

Première lecture : Ezéchiel : 37, 12-14

Psaume : 129

Deuxième Lecture : Romains : 8, 8-1

Evangile du jour : Jean 11 : 1-45

Chers frères et sœurs en Christ,

La première lecture et l’Evangile s’accordent bien sur le thème de la mort et de la résurrection. Ezéchiel, dans la première lecture, nous révèle la bonté infinie de Dieu envers son peuple Israël désobéissant et en exile. Israël est comme mort, humilié, dépourvu de ses droits élémentaires et à la merci du nouveau maître. Mais Dieu veut redonner vie aux ossements asséchée du peuple d’Israël. Il veut ouvrir leur tombeau, les libérer de la honte et de la servitude, leur redonner son esprit de vie et le goût à une nouvelle vie.

L’Evangile nous offre des personnages d’une foi incroyable : Marthe et Marie sont les deux sœurs de Lazard et tous trois sont amis de Jésus. Lazard est malade et ses deux sœurs en informent Jésus. Pour ce dernier, cette maladie ne conduira pas à la mort : pas donc de panique ni d’affolement. Mais finalement Marthe et Marie (et certainement leur entourage), déclarent Lazard mort. Marthe regrette le retard de Jésus et lui dit : ‘’si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort’’. Jésus, touché et ému va ramener Lazard à la vie. Dans la personnalité de Marthe, nous voyons une femme avec une foi engagée, tenace et qui bouscule, une foi pleine d’Esperance et de curiosité. Entre eux se tisse une complicité affective. Marthe est spontanée et directe mais très ouverte à son ami Jésus. Les deux situations de la première lecture et celle de la mort de de la résurrection de Lazard, nous aident à apprécier la bonté et l’amour prévenant de Dieu. Israël avait abandonné son Dieu libérateur pour des idoles. Après avoir goûté aux fruits amers de leurs propres actes, ils se disposent au salut de Dieu. La complicité affective entre les trois et leur ami Jésus est grande. Visiblement cette amitié porte du fruit : Jésus ne peut retenir ses larmes et il ramène Lazard à la vie. Quelle amitié ! Pourrions-nous, nous aussi, rejoindre Lazard et ses deux sœurs pour devenir amis de Jésus ici et maintenant ? Ainsi, nous pourrons comme eux, offrir à Jésus et à Dieu nos ossements, nos maladies, nos déceptions, notre honte et les humiliations de l’humanité et « tout ce qui nous tue » ? Alors, Jésus nous redonnera vie. Pourrions devenir amis de Jésus à la manière de Marie ou Marthe ou de Lazard ? Pourrions-nous devenir aussi spontanés comme Marthe tout en étant ouverts à la grâce du salut et de la guérison intérieure ? Notre humanité bien acculée, confinée et mise en quarantaine a plus que jamais besoin de croyants comme Marie, Marthe, Lazard pour toucher le cœur de Jésus et attirer le regard attentionné et miséricordieux de Dieu sur nous. Les nouvelles de ces jours-ci, vraies ou fausses, ne doivent donc pas avoir raison de notre foi ni de notre confiance en Dieu. Comme Marthe, osons parler à Jésus cœur à cœur, face à face et directement sans procuration. Car les vrais amis acceptent souvent de se bousculer. Tant que nous laisserons les réalités extérieures nous abattre, nous ressemblerons à Israël et à ses aux ossements asséchés et sans vie.

Paul, dans la deuxième lecture nous rassure que l’Esprit de Dieu habite en nous. Il donnera vie à nos corps mortels (déjà épuisés et essoufflés par la peur, la panique et la psychose). Chacun de nous est le Temple de Dieu : Dieu est déjà chez Lui, chez nous. Il a fait de notre cœur sa demeure. Mais nous l’avons étouffé. L’Esprit-Saint nous fait découvrir Dieu en nous et nous met en communion avec lui. Il ravive notre relation avec le prochain. Il nous enseigne la Maîtrise de soi, la confiance e le détachement de l’accessoire. Il nous aide à appeler Dieu, Abba, Père (Papa). Comme l’indique le Psaume 129, 7 : ‘’Près du Seigneur est l’amour, près de lui abonde le rachat’’. Celui qui vit de Dieu ne peut connaître la corruption de l’âme fût-il mort dans sa chair. L’humanité revivra si chacun de nous accepte d’entreprendre le chemin de l’intériorité et d’y rencontrer Dieu. C’est vraiment là le début de la vraie conversion. Convertissons-nous et nous serons libérés. Dieu nous y attend.

Bonne Marche, bonne Montée vers la Pâques de Jésus, notre Seigneur.

Que Dieu nous bénisse.  Amen !

Aside | Posted on by

Chronique du Père Augustin NDAH. Le Temps de Carême

                CINQUIEME SEMAINE DE CAREME (Mars 22- Mars )

                                       PITANCE SPIRITUELLE

 PECHE ECOLOGIQUE : LA COLERE

C’est bien possible que vous jugiez ou rejetiez la position de ceux/ celles qui plaident pour que la Planète-Terre soit plus respectée. Peut-être que de telles personnes vous irritent car pour vous ‘’l’homme doit dominer et soumettre la Terre’’. Soit ! C’est peut-être aussi que, par vos mots et attitudes, vous vous comportez de telle sorte que vous mettez les autres en colère. On a souvent vite fait de croire le ‘’centre du monde’’. Est-ce vraiment nécessaire ? Quelques fois nous sommes en colère pour des différence d’opinions ou pour des points de vue qui nous contrarient. Est-ce vraiment profitable autant à vous qu’à votre entourage (en famille, au travail, en équipe) d’en faire la fin du monde ?

 LA VERTU ECOLOGIQUE : LA PATIENCE

Au-delà de tout cela, l’Encyclique du Pape François nous invite à un dialogue exigeant mais nécessaire pour le bien commun. Il dit : ‘’la gravité de la crise écologique exige que tous nous pensions au bien commun et avancions sur un chemin de dialogue qui demande patience, ascèse et générosité, nous souvenant toujours que «la réalité est supérieure à l’idée ». Nos colères souillent la Planète-Terre et nous détruit aussi. Nos paroles ou pensées quelquefois méchantes envers le prochain affaiblit l’amitié entre les hommes et compromet notre filiation au Dieu-Père.

ACTE DE GUERISON : S’ENGAGER AU DIALOGUE

Notre effort pourrait être d’engager un dialogue ou une conversation avec l’entourage sur la nécessité de respecter la Planète-Terre. Chacun à son niveau pourrait aussi s’efforcer de restituer à la Planète-Terre sa dignité perdue. Ce pourrait être de s’engager à renouer avec une amitié négligée ou une relation brisée. Cela donne quelques sueurs mais c’est aussi ce geste qui nous grandit et nous élève à la grâce. En réalité, toute inimitié, toute rancune, toute mésentente et toute division…contribuent à la pollution notre Planète-Terre.

 

 

Aside | Posted on by

Appel aux dons – Paroisse Francophone Amsterdam

 

Chers paroissiens, chères paroissiennes,

 

Avant toute chose, j’espère que vous et vos proches se portent bien en ces temps éprouvants.

Sans vous réénumérer les conséquences de ce virus, je me permets, en tant que trésorier, de vous rappeler que la paroisse continue à vivre et que pour la maintenir en bonne santé, nous devons continuer à la nourrir. Vous l’aurez compris, je vous parle ici de nourriture pécuniaire et non spirituelle (chacun son domaine de compétence).

 

Vous pouvez toujours contribuer (i) aux quêtes dominicales, (ii) à la campagne de denier du culte en ce temps de Carême ou (iii) faire un don via un virement bancaire sur le compte de la paroisse.

 

Banque : ABN-AMRO

Nr Compte : NL87 ABNA 0543 4068 65

Au nom de : ALLOCHTONEN MISSIE MARIA.

 

En ces temps de confinement, propices à la quête de sens, n’oubliez pas le sens de la quête!

En union de prière avec vous tous.

Fraternellement, 

Albéric Décombre, le trésorier.

 

Aside | Posted on by

Homélie du dimanche 22 mars 2020 le Père Augustin a enregistré son homélie rien que pour nous

 QUATRIEME DIMANCHE DE CAREME ANNEE A

Première lecture : Samuel 16, 1b.6-7.10-13a

Psaume : 22

Deuxième Lecture : Ephésiens 5, 8-14

Evangile du jour : Jean 9 : 1-41

La liturgie de ce quatrième Dimanche de Carême nous invite à méditer sur la Lumière.

Dans l’Evangile, l’aveugle de naissance recouvre la vue au cours de sa rencontre avec Jésus. Du coup, sa vie change : il voit, il a droit à la parole et à la contradiction, il est écouté et il est reconnu par certains de son entourage. Il a désormais une place dans la société. Il témoigne de son expérience avec Jésus.

L’humanité est aujourd’hui assiégée par une pandémie qui défraye la chronique. Ses vraies origines restent encore mystérieuses. Elle frappe autant les forts que les faibles.

Oui, l’humanité est rattrapée par ses propres actes. A malin, malin et demi dit-on! Créé à l’image de Dieu et à sa ressemblance , l’homme oublie souvent qu’il n’est que Co-créateur et non le créateur. Le Psaume 8 nous dit que ‘’l’homme est créé un peu moindre qu’un dieu et qu’il est couronné de beauté’’ mais attention, nous ne sommes pas tout puissants, l’homme n’est pas Dieu.

Nos scientifiques, nos hommes d’Etats, les puissants de ce monde et même nos autorités religieuses, tous nous sommes à la croisée des chemins. Nos Eglises, nos Mosquées et couvents sont fermés. Que faire donc?

Dans l’Evangile, les Apôtres de Jésus lui demandent ‘’Qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il naisse aveugle’’ ? Nous serons aussi tentés de chercher les coupables de la pandémie ? Le principe de cause à effet s’applique ici. Tout est lié dans la Création de Dieu. Dieu ne fait rien au hasard. C’est toute une suite de conséquences. Chacun a sa part de responsabilité. C’est autant le riche que le pauvre : c’est la race humaine qui a failli. Nous sommes tous coupables parce que tous atteints de la cécité du péché et de l’orgueil. L’homme veut complètement écarter Dieu de sa propre création. Nous voulons arracher à Dieu la couronne qui lui est due.

Cette pandémie est une interpellation à la conscience profonde de l’homme. Ce Mal peut devenir une opportunité de conversion, de changement de perspectives et d’attitude envers le prochain et envers la Planète-Terre. Redonnons à la Planète-Terre sa dignité violée et bafouée et l’humanité re-vivra. Reconnaissons à Dieu la gloire qui lui est due, car il est le Créateur, le Tout-Puissant et le seul adorable qui mérite une couronne.

En acceptant d’aller nous laver dans la piscine de Siloé, comme l’aveugle de naissance, nous ne faisons que reconnaître nos limites et notre disponibilité à la grâce. C’est un signe d’humilité, un signe réparateur de l’alliance à jamais établie entre Dieu et nous. Car notre aveuglement nous empêche souvent de voir et de lire les signes des temps. Si nous admettons que nous sommes des aveugles, des êtres fragiles et vulnérables, limités et mortels Jésus nous fera voir. Mais si nous persistons dans l’arrogance et l’orgueil, l’humanité restera aveugle.

Ne laissons pas la peur nous faire perdre de vue l’essentiel : Dieu existe et par Jésus, son Fils Unique, nous pouvons le louer et l’adorer en esprit et en vérité. La peur est une forme de refus et de rejet de la présence de Dieu en nous et dans l’humanité. Ne cédons pas à la panique qui est aussi cruelle que le mal lui-même. Gardons courage, veillons et prions. L’humanité s’en sortira. Il n’y aura pas la fin du monde tant que le dernier des enfants de Dieu n’est pas converti. Soyons plus bienveillants envers nos proches, nos époux et épouses, nos enfants et nos parents, et nos collègues au travail. Rivalisons de générosité et de bonté. Supportons-nous les uns les autres par toute forme de fraternité humaine. Car la bénédiction de Dieu entre par toutes les fenêtres qui lui sont ouvertes. Nos petits gestes de bonté nous aideront à redonner à Dieu sa place dans l’humanité et dans chacun de nos cœurs asséché par la peur, le stress, la haine, la vengeance, l’injustice, l’exclusion, la discrimination et bien d’autres maux. Montrons assez de compassion envers toutes le victimes de ce drame et prions pour leurs défunts. Que Dieu nous pardonne et nous écoute. L’humanité a besoin de la grâce de Dieu pour bien voir. Ainsi, comme l’aveugle-né, chacun pourra dire : ‘’J’étais aveugle, mais à présent, je vois’’. Honorons Dieu, faisons sa volonté ; alors il nous exaucera et nous sauvera. Que Dieu nous prenne en grâce et qu’il nous bénisse. Bonne montée vers la Pâques de Jésus ! Amen !

 

Aside | Posted on by

Coronavirus: L’Eglise catholique des Pays-bas suspend toutes les messes.

En raison de l’expansion de la pandémie du Covid-19, les évêques des Pays-Bas décident ce jour de suspendre toutes les messes et célébrations publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès ce samedi 14 mars et restera en vigueur jusqu’au 13 avril (lundi de Pâques).

Les baptêmes, mariages et funérailles pourront se dérouler en cercle restreint. Les autres rencontres (dont le catéchisme) et réunions pastorales, sont suspendues. Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle.

Les évêques appellent les croyants à vivre ce carême comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel, et d’une plus grande attention à autrui.

Les textes bibliques habituels de la liturgie continueront à inspirer individuellement ou en famille notre progression vers Pâques.

Les évêques appellent explicitement à la prière en en ce temps de crise sanitaire :

  • Prière des évêques
  • Neuvaine à Notre-Dame du Perpétuel Secours
  • Les chemins de croix
  • Le chapelet
  • Priez avec Radio Maria
  • Allumez une bougie via le site de votre diocèse.
  • Suivez le site Web de votre diocèse ou de votre paroisse pour d’autres opportunités de prière et de diffusion en direct des célébrations.

NB : Plusieurs paroisses de Paris proposent de suivre en direct leurs messes dominicales et de semaine : https://www.paris.catholique.fr/messes-des-paroisses-de-paris-en.html

En union de prière.

 

Aside | Posted on by

Chronique du Père Augustin NDAH. Le Temps de Carême

            QUATRIEME SEMAINE DE CAREME (Mars 15- Mars 22)

                                        PITANCE SPIRITUELLE

        PECHE ECOLOGIQUE : LA GOURMANDISE

La Gourmandise c’est le fait de manger ou de boire plus qu’il ne faut. L’on peut l’appeler l’épidémie du gaspillage. Et combien de nourriture et d’eau sont gaspillées ou jetées au grand mépris des pauvres. Même chez vous qui lisez ces lignes. Le Pape François nous rappelle que ‘’chaque fois qu’il y a gaspillage, c’est comme si nous volions de la table des pauvres’’ (Laudato Si, 50).

               LA VERTU ECOLOGIQUE : LA TEMPERANCE

Laudato Si nous invite à ‘’remplacer…le gaspillage avec l’esprit de partage’’ (Laudatio Si). Nous vivons tous des ressources naturelles. Chacun peut avoir sa part seulement si nous ne nous accaparons pas toutes les ressources ou opportunités en nous attribuons la part du lion. Ce faisant nous nions au plus grand nombre la chance et le droit d’avoir leur part. Mais nous privons aussi à la Planète-Terre le droit de nourrir équitablement chacun de nous.

ACTE DE GUERISON : MANGER ET BOIRE MODEREMENT ET SIMPLE

Trouvons des moyens plus humains de manger plus simplement mais sainement. C’est par exemple en mangeant plus naturel avec un régime à ration équilibrée. Concrètement : comment pensez-vous réduire le gaspillage chez vous autant en famille que dans votre environnement immédiat? Serait-ce possible de vous abstenir des boissons sucrées ou gazeuses (elles ont la propension de donner le diabète), des chocolats trop gras et tous ces repas aux arômes irrésistibles (l’excès ajoute des kilos a notre poids)? A chacun de voir!

Aside | Posted on by