DIMANCHE DE L’EPIPHANIE
Première Lecture : Is 60, 1-6
Psaume : 71 (72), 1-2, 7-8, 10-11, 12-13
Deuxième Lecture : Ep 3, 2-3a.5-6
Evangile : Mt 2, 1-12

Cliquez ici pour les protocoles établis pour les messes : https://paroisseamsterdam.com/2020/10/15/protocoles-pour-les-messes-au-beguinage-3/

Ecouter l’homélie :

Chers frères et sœurs en Christ,

En ce Dimanche de l’Epiphanie ou de la Manifestation de Dieu, nous sommes invités à nous remettre debout et à resplendir ! Isaïe adresse la Parole de Dieu à Israël qui est juste de retour de l’exile et de l’exploitation. Le peuple est abattu et beaucoup divergences les divisent. L’entente est difficile pour reconstruire leur nation en quête d’harmonie et de paix. La cohésion pour le vivre ensemble fait défaut. Et pourtant, il faut s’entendre pour reconstruire le Temple de Jérusalem et refaire leur vie. En attendant, le prophète Isaïe encourage ses compatriotes et les appelle à un éveil de conscience. Personne ne sera de trop car chacun sera nécessaire. Il leur fait comprendre qu’au bout du tunnel se trouve la réalisation de la promesse de Dieu. Isaïe leur lance un appel d’Espérance et de confiance en Dieu. Il les encourage à se remettre de leur défaite et de leurs échecs. Il leur montre la présence et les signes de Dieu parmi eux. Cette présence est une lumière resplendissante. En plus, la gloire du Seigneur s’est levée sur Israël.
Et pour nous aujourd’hui, où en sommes-nous avec notre exile ou notre propre lot de déceptions ? Avons-nous laissé les difficultés de la vie contrôler notre foi et notre confiance en Dieu ? Passons-nous notre temps à ne regretter que le passé ? Conclusion : ne nous laissons pas abattre, mettons-nous au travail, consacrons toutes nos forces à reconstruire ‘’notre Temple de Dieu’’. Saisissons la grâce d’aujourd’hui ! Bien de choses sont encore possibles ! Demandons à Dieu de nous aider à comprendre ce que nous n’avons pas pu comprendre ni accepter. Alors, courage ! Début, resplendis ! nous lance le Seigneur car il est parmi nous. C’est de ce mystère de la rencontre entre l’homme et Dieu que nous parle Saint Paul. Ce mystère se révèle lentement mais sûrement en nos vies. Il est déjà parmi nous mais il nous faut suivre l’étoile pour le découvrir. Ce mystère c’est l’Enfant-Jésus parmi nous et que recherchent les Mages venus d’Orient. Ils sont sans idées préconçues. Ils ne se laissent pas distraire sur la route. La route a été longue mais ils ont poursuivi. Ils sont tout simplement à la recherche du Messie. C’est une étoile qui les guide. Ils symbolisent les peuples du monde, tous invités par Dieu. C’est le cœur du mystère de Noël, le mystère du Christ dont parle la lettre aux Éphésiens, qui est ‘’que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse’’. Chacun de nous est capable de Dieu. Il nous suffit de nous mettre en marche et de de suivre l’étoile. Cette étoile peut être la prière, la méditation de la parole de Dieu ou tout ce qui nous rapprocherait de Dieu. L’étoile nous rassure dans notre recherche et notre marche vers lui. Qui suit cette lumière ne se perd pas. Que l’étoile nous conduise au Christ. Jésus est parmi nous comme une lumière qui resplendit sans éblouir. Soyons, à l’exemple des Mages, des chercheurs de Dieu. C’est bien le grand symbole pour chacun de nous en ce début du nouvel An. Comme les Mages, poursuivons notre chemin et ne revenons plus ‘’chez Hérode’’, et tout ce qui pourrait nous détourner de Dieu, notre Essentiel. Debout et marche, fils et filles de Dieu ! Resplendis dans la grâce du Seigneur parmi ! Amen !