HOMELIE SUR LA SAINTE FAMILLE

Première Lecture : Genèse 15, 1-6 ; 21, 1-3
Psaume 104
Deuxième Lecture Hébreux 11, 8.11-12.17-19
Evangile : Luc 2, 22-40

Cliquez ici pour les protocoles établis pour les messes : https://paroisseamsterdam.com/2020/10/15/protocoles-pour-les-messes-au-beguinage-3/

 

Ecouter l’homélie :

Chers frères et sœurs,

Aujourd’hui nous méditons sur la ‘’Sainte Famille’’.
A l’écoute de l’Evangile de ce jour, Joseph et Marie sont des parents comme beaucoup d’entre nous : une famille humaine, avec des moments de doute et de difficulté mais aussi des jours de joie et d’espérance. C’est une famille qui a été le lieu où l’on pouvait apprendre toutes les valeurs familiales telles que le respect, l’obéissance et la paix. Comme tout bébé, le petit Jésus a bénéficié de l’amour de ses parents. Car, quand l’affection parentale fait défaut, l’enfant peut souffrir des blessures toute sa vie. Luc écrit que ‘’l’enfant grandissait, se développait et se remplissait de sagesse…’’. La sagesse dont il est question ici est l’art de discerner, l’aptitude à évaluer le bon et le mauvais. Si Jésus a ‘’grandi en sagesse’’, c’est dire que l’humanité du Christ n’est pas à douter. Il est le Verbe fait chair pour revêtir notre nature humaine. En bref, la sainte famille n’a échappé à rien de ce qui est humain. Marie et Joseph accomplissent ce qui est prescrit selon la loi juive, ils vont au temple pour accomplir les rites prescrits, ils élèvent Jésus le mieux qu’ils peuvent et selon la société de leur temps. Mais secrètement, ils s’interrogent aussi sur le devenir de cet enfant mystérieux. Les prophètes Syméon et Anne les surprennent par ce qu’ils disent de Jésus : cet enfant est le Messie mais il sera source de scandale aux yeux de beaucoup. Tout cela vient du plus haut et hors de leur pouvoir. Quelquefois, nous sommes aussi surpris et étonnés par l’inattendu de nos enfants. Si Dieu a fait le choix de devenir l’un parmi nous et de naître dans une famille humaine, c’est dire qu’il n’est pas venu pour une simple promenade. Il a fait le choix libre de tisser et de réconcilier l’humain et le divin. C’est pourquoi en Jésus, il apprend à marcher, à tomber, à parler, à lire et à écrire, à exprimer ses émotions et à vivre en interaction avec ses semblables. La sainte famille devient une inspiration pour l’humanité en commençant par nos familles. Dieu se plaît à être enfant parmi les enfants et homme parmi les hommes de son temps. Il n’a pas cherché le confort ni les avantages de son rang. Il est né dans une mangeoire et ses parents vont se réfugier en Egypte pour lui sauver la vie. Jésus restera avec ses parents jusqu’à l’âge de 30 ans avant de commencer son ministère. La sainte famille c’est la chance que nous donnons à chaque enfant de grandir et de se réaliser pleinement auprès de ses parents. Cela va du bien de notre société. La société d’aujourd’hui livre très vite ses enfants en pâture. Nous allons souvent trop vite avec l’éducation de nos enfants. Marie et Joseph nous témoignent donc de leur foi et de leur espérance. De la crèche à la résurrection, en passant par le tombeau, Marie a tenu à Dieu et à son Fils. La vie n’est possible que si la confiance existe. Car la confiance ouvre à l’amour. Avec la sainte famille, plus rien n’est étrange à Dieu. C’est la façon de Dieu de se faire comprendre. Chaque membre de la famille a le droit d’être écouté et respecté. Le silence et l’écoute de Joseph est ici édifiant. Il a su écouter l’Ange et a accepté prendre Marie comme épouse selon le plan de Dieu. Accueillons-nous réciproquement, écoutons-nous et soutenons-nous mutuellement.
Accepter l’autre tel qu’il est et tel qu’il devient suppose un accès à l’amour véritable. Cela est possible dans nos familles. Méditons sur la sainte famille pour devenir des familles saintes. Que Dieu nous bénisse ! Amen !