4 EME DIMANCHE DE L’AVENT/ ANNEE B

Première Lecture : 2 Samuel 7, 1-5b-12.14a.16
Psaume : 88
Deuxième Lecture : Romains 16, 25-27
Evangile : Luc 1, 26-38

Cliquez ici pour les protocoles établis pour les messes : https://paroisseamsterdam.com/2020/10/15/protocoles-pour-les-messes-au-beguinage-3/

Ecouter l’homélie :

 

Chers frères et sœurs,

 

Les lectures de ce 4eme Dimanche de l’Avent orientent notre méditation sur la certitude que Dieu vient habiter chez nous bientôt. Une question très simple : ‘’gardons-nous toujours notre joie de l’attente du Messie qui approche’’ ? C’est plus que jamais le moment de la raviver car l’attente prendra bientôt fin pour donner place à la venue de Dieu ! Cette venue est signe de son désir brûlant de demeurer non seulement parmi nous mais aussi chez nous, pour nous et en nous. C’est de cette venue de Dieu qu’il est question dans la première lecture. Dieu ne veut plus se faire confiner dans l’arche de l’alliance comme ce fut au temps du roi David. C’est ce qu’il fait comprendre au roi David qui veut à tout prix lui construire une maison grandiose digne de sa divinité.  Dieu n’a pas besoin d’un temple fait de béton. Dieu décide de faire du cœur de l’homme sa demeure. Dans la deuxième lecture, l’apôtre Paul s’adresse à des chrétiens persécutés. Malgré les nombreuses épreuves qui les accablent, il les encourage à faire confiance et à ne pas abandonner la course ni céder à la panique. Aujourd’hui encore, ces paroles nous rappellent que ce Dieu qui s’est fait homme en la personne de Jésus tient à chacun de nous. En Jésus, c’est Dieu qui vient nous sortir de tout ce qui nous effraie où nous chagrine. Rendons donc grâce à Dieu pour la merveille de sa venue très proche.

Pour comprendre ce Dieu, il faut aller à l’école de Marie à travers le message de l’Annonciation. Selon l’Evangile, l’ange Gabriel va chez Marie pour lui annoncer qu’elle a été choisie par Dieu pour êtrela mère de son Fils. Apparemment Marie n’a pas tout compris du message de l’Ange. Mais elle décide de faire confiance et dit : “Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole”. Par l’incarnation de Jésus dans le sein de marie, Dieu nous invite à le reconnaître parmi nous et chez nous. Il n’est plus loin de nous. Le Seigneur compte sur nous pour l’accueillir dans nos cœurs de chair. Il a besoin de nos mains pour continuer l’œuvre immense de ses mains. Il a besoin de nos lèvres pour prononcer des paroles de bénédictions et de bienveillance envers les autres. Il a besoin de nos yeux pour voir la souffrance humaine et la soulager. Quelle que soit la question qu’il nous pose, il n’attend que notre ‘’oui’’ pour tout nous dévoiler. Avec lui, c’est le début d’une aventure d’amour qui commence. Accepter le Christ et l’offrir au monde c’est vraiment un temps de grâce à saisir. Comme Paul, nous pouvons déjà dire : “Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi”. Devenons tous des porteurs du mystère de Dieu en nous : c’est le plus beau cadeau que Dieu fait à chacun de nous. Donnons-lui la permission de toucher nos corps et nos cœurs pour nous guérir de l’intérieur. Que sa grâce dispose nos cœurs à l’accueillir ! Ainsi soit-il !