Homélie du Père Augustin – Dimanche 16 août

VINGTIEME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE ANNEE A
Première lecture : Isaïe 56, 1.6-7
Psaume : 66
Deuxième : Romains 11, 13-15.29-32
Evangile : Mathieu 15, 21-28

Ecouter l’homélie

 

Chères sœurs et chers frères en Christ,
Le thème de ce 20 -ème Dimanche porte sur la Miséricorde de Dieu pour tous. Les lectures nous aident à comprendre que Dieu se rend accessible à tous. Ce qui revient à dire que Dieu n’a pas de préférence d’hommes ni même de religion. Il nous suffit de venir à lui et il nous écoute.
Dans la première lecture, Isaïe est entre deux camps : un camp qui voudrait ouvrir leur culte aux étrangers et le camp de ceux qui s’y opposent et veulent rester entre eux.
Cette ouverture est possible à ‘’tous ceux qui observent le sabbat sans profaner et tiennent ferme à mon alliance’’. Dieu est donc clair sur l’essentiel :’’ Car ma maison s’appellera Maison de prière pour tous les peuples’’.
Dans l’Evangile, nous voyons Jésus en action et en mouvement. Il vient d’avoir un débat houleux avec les pharisiens sur la pureté du culte. Et le voilà déjà dans la région de Tyr et de Sidon. C’est un territoire païen où les habitants sont traités d’impurs par les juifs car ils ne respectent pas les règles de pureté de la loi juive. Une femme, et pire, une Cananéenne vient à la rencontre de Jésus et lui pose son problème de manière bien claire ‘’Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon’’. L’attitude de Jésus à l’égard de la femme est à première vue repoussante et humiliante. Le doux et bon Jésus se montre difficile ici. C’est pratiquement la honte pour la femme. Mais elle est tenace et déterminée. Elle veut voir jusqu’où ira la résistance de Jésus. Elle se moque des insultes et du regard des autres. Elle ne veut pas se laisser intimider par quelque circonstance que ce soit. Elle veut être authentique et témoin. Elle est disposée à avoir ‘’les miettes qu’on donne aux chiens’’. Finalement, elle a eu la part belle, la récompense de l’endurance : sa foi a sauvé sa fille ! Coup de surprise pour tous et même pour la femme ! Jésus est ému et même émerveillé. Il finit par céder et il agit en faveur de la Cananéenne. Jésus lui adresse finalement la parole : ‘’Femme, grande est ta foi, que tout se passe pour toi comme tu le veux !’’
La réponse de Jésus signifie que la Miséricorde de Dieu ne tient pas compte des personnes, ni de leurs origines, ni des cultures ni de quelques barrières que ce soit. Tout homme peut donc se faire écouter par Dieu.
A l’instar d’Isaïe, Jésus nous dit que tout le monde mérite un accueil chaleureux dans la maison de Dieu. La seule condition c’est de chercher Dieu et de lui être fidèle. La foi dépasse donc un simple ensemble de principes religieux ou de profession de foi récitée à tout bout de champ. La foi exige plus la disposition de cœur tourné vers Jésus et son Père. La foi est inspirée et soutenue par l’Esprit-Saint. La foi est une obstination dans la confiance.

Ayons le courage de regarder autour de nous : peut-être verrons-nous quelques ‘’Cananéennes et Cananéens’’. Peut-être que nous les excluons parce qu’ils ne sont pas ‘’catholiques baptisés’’, confirmés et communicants. Jésus semble nous dire qu’être catholique c’est faire preuve d’une foi obstinée, c’est être vrai adorateur de Dieu en esprit et en vérité. Ceux et celles que nous traitons ‘’de païens’’ ou ‘’d’impurs’’ aujourd’hui ont donc le droit d’être accueillis et aimés. C’est la mission universelle de l’Eglise.
Comme la Cananéenne, pourrions-nous prier sans cesse pour nos proches et pour les autres. Oser croire, c’est oser prier à temps et à contretemps. Notre Dieu est un Père sans protocole aucun : allons à lui en confiance. Il sait nous écouter ! Que l’Esprit-Saint nous y conduise ! Amen !

 

 

 

Aside | This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.