Homélie du Père Augustin – Dimanche 2 août

18eme DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

Première lecture : Isaïe 55, 1-3
Psaume : 144
Deuxième lecture :8, 35.37-39
Evangile : 14, 13-21

Ecouter l’homélie

Chers sœurs et frères en Christ,

Le thème de notre méditation en ce 18 -ème Dimanche porte sur le don gratuit de Dieu.
Un jour une petite fille a demandé à sa mère : Maman, pourquoi allons-nous chaque dimanche à la messe ? La mère lui répondit : ‘’parce que nous avons faim et soif d’amour de nos frères et sœurs et surtout de l’amour gratuit de Dieu’’. C’est probablement cette même faim et cette même soif d’amour qui motivaient les foules à suivre et à écouter Jésus. A cette faim et à cette soif d’amour, Dieu répond par la prophétie d’Isaïe que nous trouvons dans la première lecture ‘’Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau !’’ Isaïe 55,1. Une invitation qui élimine tout calcul et fait face à la gratuité totale de Dieu.
De quelle eau s’agit-il ? De l’eau vive que Jésus avait déjà promise à la Samaritaine au puits de Jacob. Pour rassasier les hommes en marche et fatigués de la route, Jésus donne du pain. A notre faim spirituelle, Jésus se présente aussi sous la forme ‘’d’un bout de pain’’. Certes, cela ne comble pas notre appétit humain. Cela nous conduit en revanche à faire la marche de la foi pour rechercher l’amour de Dieu.
Devant la foule affamée, Jésus invite les disciples et toute la foule à être acteurs : ‘’Donnez-leur vous-mêmes à manger’’. Cette exigence du Christ suggère que Dieu a besoin de nos mains mais aussi de tout ce dont nous disposons : nos biens, notre temps, nos valeurs et qualités. Aucune forme de solidarité n’est petite aux yeux de Dieu.
Si nous allons à Dieu sans nous tourner vers nos frères, sans nous soucier d’eux en vérité, cela ne sert à rien. Nos prières pour eux sans notre part active n’a pas de sens.
Le pain que Jésus nous donne c’est son corps, démembré et partagé à l’infini. Manger son pain, c’est faire corps, c’est à la fois du donner et du recevoir. Dieu donne gratuitement dans l’abondance. Le pain est signe d’un don gratuit, signe d’un amour donné sans espérer en retour.
Si nous n’entrons pas dans cette dynamique du donner et du recevoir, le pain comme don restera stérile. Si nous repartons de la messe sans nous connaître, sans demander un service, sans partager avec notre voisin, l’inconnu, l’étranger, cela ne sert à rien.
L’amour donné, partagé et multiplié est le pain que Dieu nous donne, sans mesure, sans intérêt et sans retour. Quand on donne gratuitement, on récolte en abondance. A la multiplication des 5 pains et des 2 poissons, il en reste 12 corbeilles : c’est bien signe de l’amour immense de Dieu.
La surabondance du don, représentée ici par le chiffre 12 nous conduit à une méditation : celle de l’abondance des dons de Dieu. Quand on donne vraiment, on reçoit toujours en abondance de Dieu.
Le don de Dieu, l’amour de Dieu est immense, si nous devenons ce que nous recevons et mangeons à l’eucharistie, alors le don de Dieu sera immense et débordant en nous et autour de nous.
Si nous mangeons le Corps du Christ, si nous devenons ce Corps, si l’amour nous habite alors ‘’ni la mort ni la vie, (…) ni le présent ni l’avenir, (…) ni aucune autre créature, [aucun virus, aucun mal] rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur. ‘’ (Rom 8).
La messe est plus qu’un simple lieu où chacun vient pour juste se recueillir des consolations personnelles. Elle est le repas avec le Seigneur, même si nous nous sentons indignes ou rongés de doute et de peur d’être jugés. Jésus est là qui a soif et faim de notre amitié. Ce qui nous est donné de vivre dans l’eucharistie, c’est la même intimité avec le Seigneur. Personne n’est donc trop pauvre pour montrer assez de bonté chez nous. C’est justement à chacun de nous que Jésus répète : « Donnez-leur vous-mêmes à manger » vos cinq pains et vos deux poissons, ou même rien que quelques miettes … Lui, Jésus fera le reste. L’essentiel, c’est d’oser donner sa part !
Si vous doutez de la force et la puissance du don gratuit, donnez et vous verrez !

Aside | This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.