Homélie du Père Augustin du 7ème dimanche de Pâques

                     SEPTIEME DIMANCHE DE PAQUES

Première lecture « Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière » (Ac 1, 12-14)
 Psaume(Ps 26 (27), 1, 4, 7-8)
 Deuxième lecture « Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous » (1 P 4, 13-16)
 Évangile « Père, glorifie ton Fils » (Jn 17, 1b-11a)

 

 Nous souhaitons méditer sur la fête de l’Ascension comme un signe de confiance que Jésus fait aux Apôtres et à toute l’Eglise. La fête de l’Ascension, c’est le jour où Jésus ressuscité, disparaît publiquement au regard de ses Apôtres, quarante jours après Pâques.

Dans l’étonnement total, les Apôtres ont leur regard levé vers le ciel. Ils se posent intérieurement la question s’ils peuvent tenir sans leur Maître dans un monde qui leur est si hostile ? Mais l’Ange les aide à remettre la balle à terre : “Pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ?” En d’autres termes, ne rêvez pas et ne vivez pas dans l’irréel ou l’imaginaire car la mission vous est désormais confiée. Vous en êtes bien capables. Ne perdez donc pas votre temps. Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui viendra sur vous et vous guidera.  Comme les Apôtres, nous avons souvent peur et doutons de nous-mêmes. Avec l’Ascension Jésus nous fait comprendre que les choses vont changer. Pour nous chrétiens, même si nous sommes « citoyens du ciel » nous devons d’abord avoir les pieds sur terre. Jésus sait que nous sommes faibles, que nous allons le renier plusieurs fois et le trahir indéfiniment. Même l’autorité de son Eglise se mettra dans de sales draps plusieurs fois. Alors, il prépare bien son départ et sa succession. Il nous rassure qu’il ne nous laissera pas orphelins. Il sera toujours avec nous jusqu’à la fin du monde. Seulement que son mode de présence est désormais autre. Cela nous fait comprendre la mission confiée par le Christ : “Allez donc, de toutes les nations, faites des disciples…” Le départ de Jésus n’est pas une simple absence ni une distanciation sociale mais plutôt une autre manière de nous rendre responsables. Car Jésus n’est plus visible mais son Esprit-Saint agit. L’histoire ci-dessous nous montre la confiance que Jésus fait en son Eglise : Il paraît que lorsque Jésus est retourné au ciel le jour de l’Ascension, l’Ange Gabriel l’a accueilli chaleureusement à la porte et lui aurait demandé : ‘’Jésus, tu es déjà de retour’’ ? Jésus lui répond : ‘’oui, j’aurais bien voulu rester plus longtemps mais ils m’ont tabassé, humilié, renié, trahi et crucifié’’. Et Gabriel de continuer : ‘’Pauvre toi ; cela veut dire que ta mission a été un échec’’ ? Jésus sourit à demi et dit : ‘’ Non, j’ai tenu bon jusqu’au bout de ma mission. Je leur ai laissé le flambeau de continuer l’Eglise sur la terre. J’ai préparé le terrain pour eux. Ils en sont capables’’.  Quelle belle image que d’entendre Jésus faire encore confiance à l’humanité ! Ce signe de confiance doit susciter en nous le courage de témoigner de notre baptême. Un témoignage qui s’adresse aux plus proches en famille, aux plus réceptifs et aux plus accueillants mais aussi aux indifférents et aux gens des périphéries.  A notre tour, faisons confiance au Saint-Esprit et engageons-nous pour la mission qui se veut solidaire des plus abandonnés. Retroussons donc nos manches et plions nos pantalons ! A nos marques, partons !

7emdimanche-1L’Évangile du jour nous présente Jésus en prière. Il dit : ‘’Père, glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie’’. Cette prière de Jésus révèle la beauté et l’intensité de la communion d’amour infini avec son Père. Jésus nous y associe et nous y invite. Du coup, il donne la joie de prier. La prière tient une place centrale dans nos vies surtout quand il faut prendre des décisions sérieuses qui engagent nos choix de vie tels que la vocation sacerdotale ou religieuse, la vie monastique, un apostolat, le mariage ou une profession. En réalité la prière nous aide à discerner avec lucidité. C’est d’ailleurs le secret de la mission. Si nous aimons prier, nous mériterons la confiance que nous fait Jésus malgré nos faiblesses. Aimons donc prier !

Prions : ‘’Dieu Père, infiniment bon et infiniment aimable, avec Marie et avec toute l’Église, nous levons nos regards vers toi et nous t’offrons notre humanité blessée par le péché. Ouvre nos cœurs à accueillir le Saint-Esprit et à renouveler ses dons en nous. Donne-nous la grâce de t’aimer comme tu nous aimes’’. Amen !

ASCENSION DE JESUS : APPELES A SE LEVER ET A S’ELEVER

L’etre humain aime beaucoup la routine, on se familiarise très vite, on s’habitue très downloadenvite aux réalités…Nous avons en nous ce système de protection qui fait que nous tenons durs dans les épreuves…Nous sommes nées libres, nous apprend-on. Récemment c’est le confinement. Au début c’était difficile mais les spécialistes nous y ont forcés. Finalement on commençait déjà par s’habituer quand on parle encore de Déconfinement. Ce temps qui court doit être une occasion de revendication de droit personnel à la vraie liberté. Fouillons, puisons…On a très vite de nous habituer aux réalités qui nous sont imposées…Nous pouvons vivre dans le désert quand il y a nécessité, dans le froid si le climat l’impose…

NE NOUS HABITUONS PAS AU RENFERMENT SUR SOI, AU CONFINEMENT SPIRITUEL. La rivière qui ne coule pas se décompose et devient le nid de bactéries. Nous sommes trop habitués au péchée, au statu quo spirituel. Ne nous habituons pas au confinement spirituel.

Nous sommes capables de nous lever et de nous élever. Il faut décider et croire en la grâce…Un voyage arrive dans un village et aperçoit un éléphant attaché à un arbre. Il s’y intéresse vraiment. Et se demande comment cela était possible. Mais on lui explique que l’éléphant a été lié au même endroit depuis son enfance avec une petite chaine.  Lorsque sa maman était à 100 m de distance. Quand il avait besoin de téter sa mère il se battait pour rejoindre sa mère mais n’y arriva jamais. Il se battait chaque fois. Il ne pouvait pas casser la petite chaine au pied. Finalement il s’est convaincu qu’il était incapable de bouger et de casser la petite chaine. Finalement, la chaine devint inébranlable et indestructible pour l’éléphant dans son esprit. Il avait accepté sa condition, sa défaite. Il avait finalement démissionné. Il s’est dit : je suis incapable de casser cette chaine. Plus grand, il avait beaucoup plus de muscles, de forces. Mais son esprit est resté le même : petit et appauvri. Il a gardé la même mentalité, les mêmes convictions se disant : ‘’je suis incapable de briser cette chaine. Malgré son poids, sa masse de plus de 10000kg, il ne parvint pas à se déplacer. Son esprit le rendu petit. Prisonnier de son propre esprit de sa propre histoire.

Beaucoup d’entre nous sont comme cet éléphant. Incapable de grandir mais de toujours rester au même endroit, à pleurnicher, à condamner les autres et les soupçonner. Le problème, c’est nous pas les autres.

D’où l’importance de l’Ascension. Levons-nous ! Elevons-nous ! Quittons nos torpeurs et nos masses. Il plus de raisons de grandir que de rester toujours pécheurs…Jésus nous convie aujourd’hui à quitter cette petite chaine en nous, à la briser…afin de rejoindre notre mère pour téter…Nous sommes victimes de nos propres croyances, nous nous sommes convaincus qu’il est impossible de faire autrement. C’est faux. Il y a une autre alternative…Celle de quitter le bourbier du présent du doute de soi.

Aside | This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.