Vigile Pascale » du « Samedi Saint » 11 avril 2020

VIGILE PASCALE

Evangile: Mathieu 28, 1-10

Chers frères et sœurs,

 

Christ est ressuscité, Alléluia ! Alléluia !

La Bonne Nouvelle de la résurrection du Christ ramène toute l’humanité de la mort à la vie, du découragement à l’Espérance, de la déroute à l’essentiel : c’est à Jésus ressuscité.

La liturgie de cette Nuit Pascale retient notre attention sur la victoire de la lumière du Christ ressuscité sur les ténèbres de la mort. C’est bien le sens du cierge pascal, cette grande et imposante bougie qui s’allume dans le noir de l’Eglise et qui proclame Jésus, la Lumière du monde. Ce cierge nous rappelle notre baptême, notre mort en Christ mais aussi notre vie en lui.

En effet, après la mort de Jésus, les choses se sont vite passées : tout le monde s’est empressé d’aller chez soi par respect pour le Sabbat mais aussi par prudence, car les temps qui courent sont dangereux. Tout le monde vit dans l’incertitude mais aussi en attente de toute moindre information à propos de Jésus, crucifié, mort et enseveli. C’est le suspense. Quelle sera la suite puisque lui-même avait promis ressusciter d’entre les morts après trois jours ? C’est la nuit partout, c’est les ténèbres. Tout le monde, même ses bourreaux ont perdu les repères. Les Apôtres ont disparu et se cachent.

Mais, Marie Madeleine et l’autre Marie prennent le risque de visiter le tombeau de Jésus. Elles y rencontrent l’Ange qui leur donne les dernières informations sur Jésus ‘’Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait…et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez’’. Les deux femmes sont prises de peur et de doute. Mais elles ressentent aussi quelques lueurs de joie et d’Espérance dans leur cœur troublé. Sans tarder, Jésus leur apparaît, les salue et leur donne rendez-vous en Galilée.

Notre tendance humaine nous conduit souvent à nous intéresser à ce qui ne va pas plutôt qu’aux opportunités qui se présentent. Marie Madeleine et l’autre Marie s’élèvent au-dessus de la mêlée, elles refusent de se laisser manipuler par l’autorité et résistent à la peur et à la dynamique du groupe : elles bougent et cherchent si quelque chose est encore possible à propos de Jésus, leur Ami et Seigneur. Elles ne veulent être intimidées par personne. Elles font leur propre expérience et advienne que pourra. Il nous arrive souvent de vivre des moments difficiles. Mais lorsque nous prenons le temps de nous ressourcer en Jésus, nous parvenons à le voir surgir de nos ténèbres comme une lumière ou comme une inspiration. Alors, une conversation peut commencer. Il nous parle et nous donne rendez-vous. Du désespoir, de l’incertitude et du découragement Jésus apparaît pour nous rassurer que rien n’est compromis et que tout est encore possible. Il vient par surprise pour nous inviter à continuer le voyage de la vie. Mes échecs, mes peines, mes hontes et humiliations, mes maladies et toutes mes pages noires ne peuvent avoir raison de moi. Jésus ne s’est pas laissé ligoté par la mort. Marie Madeleine et l’autre Marie ont refusé d’être victimes des circonstances. Comme quoi, ne cédons jamais au découragement. Quittons nos tombeaux et rencontrons Jésus en Galilée: il nous y attend.

Christ est ressuscité, Alléluia ! Alléluia !

Bonne veillée pascale dans la paix du soir.

 

 

Aside | This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.